Trafic de faux certificats de vaccination : un an de prison ferme pour une employée de l'Assurance maladie qui a généré 200 faux QR codes

Les enquêteurs ont retrouvé plus de 6 000 euros au domicile de cette contractuelle de la CPAM de Seine-Saint-Denis. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un QR code dans l'application TousAntiCovid. (Illustration).  (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Elle avait généré 200 faux certificats de vaccination avant de les vendre sur le réseau social Snapchat. Une contractuelle du vaccidrive de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, a été condamnée jeudi 29 juillet à un an de prison ferme par le tribunal de Bobigny pour trafic de faux certificats de vaccination contre le Covid-19

Des QR codes vendus 200 euros l'unité 

C’est un signalement de la directrice de la Caisse d’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis qui a permis de mettre au jour ce juteux trafic. En garde à vue, la jeune femme a reconnu avoir créé plus de 200 QR codes de pass sanitaire, vendus 200 euros sur Snapchat. Les enquêteurs ont saisi une vingtaine d’attestations et plus de 6 000 euros à son domicile, et 760 euros dans son véhicule. Les forces de l'ordre ont également interpellé une complice qui avait 10 000 euros sur elle.  

Jugée en comparution immédiate, l’employée du vaccidrive a été condamnée à 18 mois de prison, dont un an ferme, et 10 000 euros d’amende. La complice écope d’un an avec sursis. Un autre complice est encore recherché en Espagne. Les deux bénéficiaires des attestations ont été condamnés à deux mois d'emprisonnement avec sursis et 1 500 euros d'amende pour le premier et à 1 500 euros d'amende avec sursis pour le second. La semaine dernière, une femme de 30 ans, soupçonnée d'avoir établi de fausses attestations de vaccination à Grenoble, a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.