Cet article date de plus de deux ans.

Primo-vaccinés : pourquoi ont-ils changé d'avis ?

Publié
Primo-vaccinés : pourquoi ont-ils changé d'avis ?
Primo-vaccinés : pourquoi ont-ils changé d'avis ? Primo-vaccinés : pourquoi ont-ils changé d'avis ? (Franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - S.Soubane, A.Delcourt, R.Chapelard, X.Roman, G.Pires
France Télévisions

Le pass vaccinal adopté, jeudi 6 janvier, en première lecture à l'Assemblée nationale a poussé de nombreux réfractaires à se vacciner. 760 000 premières doses ont été administrées en un mois. 

1 000 injections sont réalisées chaque jour dans le centre de vaccination de Bagneux (Hauts-de-Seine), dont des premières injections.  Loïc, 24 ans, est venu à reculons. Méfiant, il a attendu le dernier moment pour se faire vacciner. "On ne savait pas, il y avait trop de contradictions, même entre les médecins. 90% de la population est vaccinée, mais combien de pourcents sur ce pourcentage se sont vaccinés à contrecœur ? Voilà, j'en fais partie", confie-t-il.

Le pass vaccinal, un précieux sésame 

Dans ce centre, les primo-vaccinés sont de plus en plus nombreux. "Cette semaine, on a 78 primo-injections, la semaine prochaine on [est] à 120, pour l'instant, prises de rendez-vous", annonce Guillaume Vissio, directeur de la santé de Bagneux. La tendance est nationale. Entre le 5 décembre 2021 et le 5 janvier 2022, 763 980 Français ont reçu une première dose de vaccin. Pour beaucoup, le pass vaccinal est vu comme un précieux sésame qui fait céder de nombreux opposants. D'autres viennent pour des raisons professionnelles, comme Éric Basset, ouvrier dans le bâtiment qui travaille à Monaco, et désormais contraint par la loi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.