Présidentielle 2022 : jauges, pass vaccinal... Les candidats revoient l'organisation de leur campagne électorale

En pleine vague épidémique, le gouvernement a réinstauré ce lundi 3 janvier des jauges pour les événements publics. Les candidats à la présidentielle sont contraints de s'adapter. De gauche à droite, leurs choix sont éminemment politiques. 

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La candidate Les Républicains à la présidentielle, Valérie Pécresse, a annoncé qu'elle allait demander le pass vaccinal et instaurer des jauges pour ses meetings. (BERTRAND GUAY / AFP)

En campagne, tout a un sens. Voilà pourquoi les plus zélés sont les marcheurs. À peine le retour des jauges annoncées pour les événements publics, ce lundi 3 janvier, ils ont immédiatement indiqué qu'elles seraient appliquées pour les meetings de LaREM, à savoir 2 000 personnes maximum en intérieur, et 5 000 à l'extérieur. Le pass vaccinal sera également exigé, à partir de son instauration, en théorie à la mi-janvier. 

Chez les Républicains, on veut également se montrer responsable. Le pass vaccinal sera demandé à l'entrée des meetings. Le député LR Guillaume Larrivé a justement déposé un amendement à l'Assemblée pour permettre aux partis de l'imposer. Par ailleurs, Valérie Pécresse demandait déjà le pass sanitaire lors de ses réunions publiques de campagne avant le congrès LR. La candidate appliquera aussi les jauges, même si elle prévoit déjà des meetings de petite ampleur. 

Pas d'obligation pour les partis politiques

Mais la Constitution ne les y oblige pourtant pas. Le texte suprême protège les partis politiques, qui n'ont pas l'obligation de respecter les jauges, ni d'imposer un pass sanitaire ou vaccinal à l'entrée. En novembre 2021, le Conseil constitutionnel a ainsi dispensé les organisateurs de réunions politiques de l'obligation de présenter un pass sanitaire pour assister aux meetings. 

Ainsi, le Rassemblement national va appliquer une forme de "en même temps", conformément à l'image que Marine Le Pen veut donner, celle d'une candidate contestataire mais responsable. Il n'y aura pas de pass vaccinal dans ses meetings, mais selon les informations de franceinfo, le RN appliquera des jauges "proportionnelles". "Celles édictées par le gouvernement sont absurdes", explique un cadre de la campagne. Ce choix du RN a poussé le parti à reporter la tenue du premier grand meeting de campagne de Marine Le Pen, prévu initialement le 15 janvier à Reims. Il doit se tenir le 5 février, après la fin théorique des jauges instaurées.

Distribution de masques FFP2 pour certains meetings

Du côté d'Eric Zemmour, ni jauge, ni pass. Ce n'était déjà pas le cas lors du meeting du candidat nationaliste à Villepinte en décembre. Le port du masque obligatoire n'a pas vraiment été respecté par les plus de 10 000 personnes présentes.

À gauche, les Insoumis s'en tiennent à la Constitution, et n'imposent ni jauge, ni pass. En revanche, ils distribueront, comme les communistes, des masques FFP2 aux participants. Une manière, aussi, de faire un pied de nez au gouvernement. L'exécutif estime toujours que ces masques très protecteurs doivent être réservés aux soignants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.