Pass vaccinal : "Le contrôle d’identité" par les restaurateurs "ne sera pas appliqué", affirme l’UMIH-restauration

Jean Terlon, vice-président de l’UMIH-restauration, la branche de restauration de l’Union des métiers et des industrie de l’hôtellerie estime que le pass vaccinal "est une tempête dans un verre d'eau".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une personne contrôle un pass sanitaire à l'entrée d'un restaurant. (SYLVIE CAMBON / MAXPPP)

"Le contrôle d’identité ne sera pas appliqué car, un, il n’est pas obligatoire, et deuxièmement on n’est pas formés à juger de la validité de ce pass" mais aussi "parce qu'on n'a pas le temps et on a déjà suffisamment de problèmes dans la restauration aujourd'hui", a réagi sur franceinfo Jean Terlon, vice-président de l’UMIH-restauration, la branche de restauration de l’Union des métiers et des industrie de l’hôtellerie au lendemain de l’adoption définitive dimanche soir du projet de loi sur le pass vaccinal. Il estime donc que le pass vaccinal "est une tempête dans un verre d'eau".

>> DIRECT. Covid-19 : le pass vaccinal, définitivement adopté par le Parlement, entrera en vigueur dans les prochains jours

Le "seul moment où on peut émettre un doute", c’est si "vous êtes un homme et qu’il y a un prénom féminin écrit" sur le pass, mais "c’est un contrôle au faciès, c’est impossible à appliquer chez nous" et qui risque d'entraîner "des discussions stériles, voire des conflits à l'entrée des restaurants".

"Le problème est que le pass sanitaire est, depuis le début, falsifiable. C'est exactement le même problème que la carte Vitale. Il y a un député qui a expliqué aux ministres que c'était un mauvais choix d'avoir mis un pass sanitaire sans photo, donc aujourd'hui, on nous demande à nous, professionnels, de rectifier ce problème", déplore-t-il.

Alors que les dépistages négatifs ne permettront plus d'avoir un pass pour pouvoir travailler au contact du public, il pense que cela peut être "un problème supplémentaire" aux difficultés de recrutement dans le secteur qui a "déjà tellement perdus" de personnels, mais que la perte sera limitée car "la majorité des personnels qui travaillent dans la restauration sont déjà très impliqués dans ce pass".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.