Pass sanitaire : Sébastien Lecornu se dit ouvert à une "adaptation" dans les outre-mer

Dans un entretien à "Libération", le ministre des Outre-mer s'est dit prêt à adapter le calendrier ou la liste des lieux concernés par le pass sanitaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, le 23 juin 2021 à Paris. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

"Je comprends qu'il puisse y avoir une méfiance mais il faut retrouver le chemin de la rationalité." Dans un entretien à Libération (article réservé aux abonnés), dimanche 1er août, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu s'est dit prêt à adapter le pass sanitaire au niveau local, "soit sur le calendrier soit sur les lieux concernés", pour encourager la vaccination contre le Covid-19.

Depuis plusieurs jours, la situation épidémique dans les territoires des outre-mer s'est dégradée. Au 29 juillet, le taux d'incidence était de 1 056 en Martinique, 650 en Guadeloupe ou encore 367 à La Réunion. La part de la population ayant reçu au moins une injection n'était que de 21% en Guadeloupe, Martinique et Guyane, contre 60% en moyenne dans l'Hexagone.

"Un défi culturel"

Pour le ministre, cette faible couverture vaccinale peut s'expliquer par "des réticences culturelles ou religieuses (...), c'est un défi culturel auquel nous devons nous attaquer sans stigmatiser personne. J'ai lu trop d'analyses condescendantes ces dernières semaines qui m'ont agacé."

"C'est aussi lié à notre histoire coloniale où, par le passé, des décisions sanitaires ont parfois été imposées aux habitants de ces territoires. Enfin, beaucoup de 'fake news' circulent."

Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

à "Libération"

Sébastien Lecornu a assuré que les doses étaient présentes en quantité nécessaire sur les territoires mais que la communication sur la vaccination devait être améliorée. "Dans certains territoires, il y a une forme de honte à dire qu'on est vacciné. J'appelle aussi la communauté médicale d'outre-mer à reprendre la parole dans les médias, sur les réseaux sociaux, pour expliquer à quel point ce retard vaccinal produira malheureusement des effets épouvantables sur le système de soins", a-t-il déclaré.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.