Orléans : 5 interpellations dans le cadre d'un trafic de faux pass sanitaire vendus entre 250 et 300 euros

Cinq personnes ont été arrêtées à Orléans dans le cadre d'un trafic de faux pass sanitaire. Quatre d'entre elles ont été mises en examen.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'illustration pass sanitaire. (MOURAD ALLILI / MAXPPP)

Cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans le cadre d'un trafic de faux pass sanitaire à Orléans, a appris franceinfo de source policière ce jeudi 23 septembre. Elles ont été présentées mercredi à un juge d'instruction.

Quatre d'entre elles ont été mises en examen, notamment pour faux et usage et de faux, escroquerie en bande organisée, mise en danger de la vie d'autrui ou encore pour introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé, a ajouté cette même source. Une cinquième personne a été mise hors de cause et relâchée. Sur les quatre personnes mises en examen, deux ont été placées en détention et deux autres sous contrôle judiciaire.

Deux personnes déjà condamnées pour financement du terrorisme

Parmi ces personnes mises en examen, deux sont connues pour avoir été condamnées il y a plusieurs années pour des faits de financement du terrorisme. Une source policière précise auprès de franceinfo, que cette affaire de trafic de faux pass sanitaire n'a aucun lien avec une activité terroriste.

Les enquêteurs de la DTPJ (direction territoriale de la police judiciaire) ont bénéficié d'un renseignement au mois d'août dernier sur l'existence de ce réseau, impliquant notamment une infirmière de la région orléanaise et quatre personnes faisant partie de ses connaissances. Ce réseau est soupçonné d'avoir écoulé plusieurs dizaines de pass sanitaire vendus entre 250 et 300 euros.

Les trafiquants agissaient sur les réseaux sociaux notamment Snapchat ou encore par l'intermédiaire de rabatteurs qu'ils recrutaient dans leur entourage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.