Landes : un homme de 50 ans sera jugé pour des guillotines factices menaçant des élus favorables au pass sanitaire

L'homme a déposé dans plusieurs communes des Landes des guillotines factices sur lesquelles étaient écrits les noms d'une centaine d'élus. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Samadet (Landes).
 (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

Un homme de 50 ans sera jugé en octobre par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan (Landes) pour "menace de mort à l'encontre d'un élu public", a rapporté France Bleu Gascogne. En garde à vue, ce Landais a reconnu "avoir construit et déposé seul" plusieurs guillotines factices contre le pass sanitaire dans les communes Samadet, Geaune, Saint-Sever et Hagetmau, toutes situées dans les Landes. À l'issue de sa garde à vue, vendredi 30 juillet, cet individu a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire.

Si les noms de centaines d'élus favorables au pass sanitaire étaient placardés sur ces guillotines factices, le suspect assure "ne jamais avoir eu l'intention ni la conscience de menacer de mort les élus locaux", a précisé le parquet. À l'entendre, son intention était d'"alerter les maires concernés de la violation des libertés fondamentales par les décisions gouvernementales". Il a "regretté que le symbole utilisé ait été mal perçu par les élus et les médias".

Confondu par des images de vidéo-surveillance

La vidéo-surveillance a permis de remonter jusqu'à cet individu. Les images de la ville de Saint-Sever ont permis d'identifier un véhicule stationnant le soir du vendredi 23 juillet, place du Tour du Sol. On y voit son conducteur placer la guillotine factice sur la place, la photographier et quitter les lieux. "Aucun élément" n'a permis de le relier à un "collectif coordonné pour mener des actions similaires" a précisé le parquet de Mont-de-Marsan qui a indiqué que "le casier judiciaire de cet homme est vierge".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.