Covid-19 : le pass sanitaire, c’est "la meilleure protection face au retour de l’épidémie" selon Bruno Le Maire

Sans surprise, le ministre de l'Économie a défendu le conditionnement du pass sanitaire à la dose de rappel pour les plus de 65 ans mercredi sur France Inter. Il a également salué la décision de ne pas engager de réforme des retraites avant la fin du quinquennat.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance. (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

"Le pass sanitaire, même s'il suscite des inquiétudes chez les restaurateurs, hôteliers, est la meilleure protection face au retour de l'épidémie", a déclaré Bruno Le Maire sur France Inter, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance mercredi 10novembre au lendemain de l’allocution d’Emmanuel Macron.

Il approuve le conditionnement du pass sanitaire à la dose de rappel pour les plus de 65 ans à partir du 15 décembre. "Je sais que tous les professionnels avaient une certaine inquiétude en disant 'mais ce pass sanitaire est-ce qu'il n'est pas trop contraignant ?' La réalité, c'est qu'il a protégé les Français, qu'il nous a permis d'éviter le retour d'une vague épidémique forte comme celle que l'on voit dans certains pays européens. Donc c'est efficace", insiste Bruno Le Maire qui admet que "bien entendu on préférerait s'en passer".

"Le pass sanitaire permet d'éviter un retour de l'épidémie et donc de garantir un bon fonctionnement de notre économie."

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie

à franceinfo

Il faut "un bon équilibre entre la responsabilisation et des obligations pour chacun", ajoute-t-il. "Nous sommes une société, une nation, pas qu'une somme d'individus. Avec par conséquent des devoirs collectifs qui nous permettent à chacun de vivre collectivement ensemble, de la meilleure manière possible." 

Réforme des retraites : une décision "sage et claire"

Le Président de la République a également déclaré que "les conditions ne sont pas réunies pour relancer" le chantier de la réforme des retraites. Une décision que le ministre de l'Économie qualifie de "sage et claire". Sage parce qu'"On ne peut pas engager une réforme de cette importance, sans que la pandémie ne soit pas totalement derrière nous", explique celui qui est aussi l'auteur de Un éternel soleil (Albin Michel).

Claire aussi "car il a posé les grands piliers de la réforme des retraites : allongement de la durée de cotisation avec un report de l’âge légal de départ à la retraite, des garanties sur une retraite minimale et la suppression des régimes spéciaux".

"Est-ce que pour autant il faut abandonner sur le plus long terme cette ambition d’avoir une retraite par point qui est simple, lisible, transparent pour les Français ?", s'interroge-t-il. "Je ne crois pas". Le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance plaide pour "ouvrir des concertations et ensuite fixer un âge légal".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.