Covid-19 : l'Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi sanitaire

Le texte prévoit notamment l'extension du pass sanitaire ainsi que l'obligation de vaccination contre le Covid-19 pour les soignants. Le Sénat doit commencer à l'examiner vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Assemblée nationale à Paris le 21 juillet 2021. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

L'Assemblée nationale a adopté vendredi 23 juillet en première lecture le nouveau projet de loi contre le Covid-19 au bout d'une nuit blanche marquée par d'âpres débats. Le texte prévoit notamment l'extension du pass sanitaire et l'obligation vaccinale pour les soignants.

Les députés ont voté en première lecture ce neuvième texte depuis le début de la pandémie en mars 2020 par 117 voix pour et 86 contre. Celui-ci est désormais entre les mains des sénateurs et des sénatrices qui doivent l'examiner à partir de vendredi pour une adoption définitive que l'exécutif souhaite acter d'ici la fin du week-end face à la remontée en flèche de l'épidémie en raison de la propagation du variant Delta.

1 200 amendements déposés

Vivement contesté par une frange de l'opinion, le projet de loi traduit les annonces du 12 juillet d'Emmanuel Macron. Si l'obligation vaccinale étendue aux soignants, sapeurs-pompiers ou encore professionnels auprès des personnes âgées a fait à peu près consensus, ce n'est pas le cas de l'extension du pass sanitaire, prévue pour début août dans les cafés-restaurants, objet de vives critiques de la gauche à l'extrême droite.

Avec près de 1 200 amendements déposés sur le projet de loi, les débats ont été tout sauf apaisés dans l'hémicycle où gauche et droite ont dénoncé une discussion entamée depuis mercredi après-midi, à marche forcée. Les yeux rivés sur les courbes de contamination en hausse, l'exécutif n'a cessé d'exhorter les députés à valider son projet de loi face à la "gravité de la situation" selon le ministre de la Santé, Olivier Véran. Près de 22 000 cas ont été recensés en 24 heures, selon les chiffres de Santé publique France publiés jeudi soir, au plus haut depuis le 5 mai.

En toute fin des discussions vers 5 heures du matin, le gouvernement est revenu sur deux amendements votés plus tôt. Un nouveau vote a notamment remis l'obligation du pass sanitaire pour les patients non urgents et les visiteurs dans les établissements de santé et maisons de retraite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.