Paris : "Plusieurs milliers, voire dizaines de milliers d'amendes" sont mises chaque jour quand il fait beau

Si les habitants respectent moins les règles de confinement pendant l'épidémie de coronavirus quand il y a du soleil, la mairie de Paris et la préfecture de police n'ont cependant pas prévu de renforcer les mesures d'interdiction.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La mairie de Paris et la préfecture de police n'ont pas prévu de renforcer les mesures d'interdiction. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"Plusieurs milliers, voire dizaines de milliers d'amendes" sont mises chaque jour à Paris quand il fait beau, car les habitants respectent moins les règles de confinement pendant l'épidémie de coronavirus quand il y a du soleil, assure le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire dimanche 5 avril sur franceinfo.

Plus tôt, Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, qui gère 39 hôpitaux en Île-de-France, a déploré dans un tweet l'"inquiétude partagée par tous ceux qui étaient allés dans les hôpitaux parisiens : ils avaient croisé trop de monde dans les rues, trop de promeneurs, trop de flâneurs" et appelle les Parisiens ne pas céder au "relâchement". 

>> Coronavirus : suivez en direct les dernières informations sur la pandémie de Covid-19

Les journées ensoleillées, "ce sont des journées dans lesquelles il y a un nombre d'amendes spectaculaires", commente le premier adjoint, assurant mesurer "combien c'est difficile pour nous tous" de rester enfermés quand il fait si beau mais estimant que "pour beaucoup", l'amende "est le seul moyen de pédagogie qui, manifestement, fonctionne, et c'est malheureux d'en arriver là".

Néanmoins, la mairie de Paris et la préfecture de police n'ont pas prévu de renforcer les mesures d'interdiction car "on a [déjà] durci dans tous les endroits où manifestement le bon sens ne suffisait pas", comme les grands espaces publics. En revanche, "si jamais d'aventure nous observions que des zones n'arrivaient pas à être contrôlées, nous leurs mettrions des arrêtés d'infraction". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.