"On propose de pouvoir danser, mais chacun à sa table" : le monde de la nuit soumet au gouvernement son propre protocole sanitaire

Il n'est pour l'instant pas prévu de rouvrir les boîtes de nuit avant le mois de septembre. Une catastrophe pour les professionnels du secteur, qui proposent un projet alternatif.

Un bar disco à Paris, le 1er juillet 2020, lors d\'un événement de protestation contre la non-réouverture des discothèques en France.
Un bar disco à Paris, le 1er juillet 2020, lors d'un événement de protestation contre la non-réouverture des discothèques en France. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Les discothèques font partie des derniers lieux à rester confinés. La seule perspective reste une réouverture en septembre. La réunion interministérielle qui s’est tenue mercredi 1er juillet à Bercy avec les professionnels de la nuit ne leur a pas permis d’obtenir plus d’avancées.

Ils ont pourtant le sentiment d'avoir été un peu entendus, le ministère des Finances reconnaît que la situation des discothèques n’est pas "tenable". Trois mois de fermeture, des centaines de millions d’euros de pertes... Alors pour sauver les établissements, les professionnels du secteur ont présenté à la réunion leur propre protocole sanitaire.

Danser, mais chacun à sa table

Ils sont prêts à concéder un gros sacrifice pour pouvoir rouvrir, détaille Thierry Fontaine, le président de la branche nuit de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) : "Le conseil scientifique a une peur bleue de la piste de danse, parce qu'on a une multitude de jeunes qui ne se connaissent pas, qui se retrouvent sur cette piste de danse, et à cette occasion, peuvent se contaminer. Donc on proposerait de pouvoir danser, mais chacun à sa table."

On a proposé la suppression de la piste de danse telle qu'on la connaît.Thierry Fontaineà franceinfo

Sur 1 500 établissements, des centaines pourraient faire faillite s'il faut attendre septembre pour rouvrir. Il faut rouvrir le 10 juillet, selon Thierry Fontaine. "Passer le 15 juillet, c'est comme si vous disiez à un saisonner dans une station de ski qu'il doit ouvrir le 15 mars et fermer le 15 avril. Pour les saisons d'été c'est pareil. Il faut que les saisonniers se préparent, il faut qu'ils aient une date et surtout suffisamment de jours pour être rentables."

Le 10 juillet nous semble une date raisonnable et responsable pour sauver une profession.Thierry Fontaineà franceinfo

Reste à finaliser le protocole avec le ministère de la Santé. C’est ensuite le conseil de défense qui fixera ou non une date de réouverture pour les discothèques.