"On peut travailler 'dans le vide', sans adversaire" : la fédération française de judo incite à pratiquer même pendant le confinement

Les vidéos de sportifs se multiplient pour pousser les Français confinés à faire du sport chez soi. De son côté, la fédération française de judo propose tous les jours, en vidéo, une séance d'entraînement.

Le judoka Teddy Riner, lors du Judo Paris Grand Slam 2020.
Le judoka Teddy Riner, lors du Judo Paris Grand Slam 2020. (LUCAS BARIOULET / AFP)

Tous les matins, le rendez-vous est donné dans le salon de Vincent... virtuellement : entre le canapé et la télé, ce prof de judo donne chaque jour un petit cours : "Aujourd'hui, on va travailler l'Uchimata. Alors, pour les droitiers, vous placez la main droite au revers et la main gauche à la manche...", explique-t-il à ses élèves par écran interposé. Si certains sportifs donnent chaque jour leurs conseils pour garder la forme, la fédération française de judo a institutionnalisé la formule.

Le professeur est en kimono, l'habit traditionnel des judokas. Mais il l'assure, on peut très bien effectuer les exercices en survêtement ou même en jean. Et on peut même faire du judo quand on est seul : "Il y a des exercices qu'on peut travailler 'dans le vide', pour travailler la technique. C'est ce qu'on appelle le 'Tendo korenshu'. C'est possible de travailler sans adversaire, le but c'est de répéter, répéter encore le mouvement jusqu'à acquérir le geste parfait."

Conserver le lien social : "C'est un peu comme si on faisait du sport ensemble"

Il n'y a pas besoin d'installation particulière, pas besoin non plus de tatami, assure Jean-Claude Senaud, le directeur technique national de la FFJ : "On peut faire des éducatifs, de la préparation physique, du Taïso, c'est-à-dire l'approche physique de la pratique du judo", liste le technicien. "Il y a quelques années, on a mis en place des pédagogies à destination des maisons de retraites, en se servant de simples chaises par exemple", explique le directeur technique.

Maître Kawaishi est celui qui a amené la pratique du judo en France dans les années 1940. Il faisait ses premiers cours et démonstrations avec des chaises ou des traversinsJean-Claude Senaud, directeur technique national à la fédération française de judoà franceinfo

Aujourd'hui, le judo permet à Vincent et aux autres profs, de conserver le lien malgré le confinement : "Moi ça me permet de faire du sport et de garder le contact avec les élèves, leur montrer qu'on peut continuer à s'entraîner. C'était important pour moi de leur faire un coucou de temps en temps. C'est un peu comme si on faisait du sport tous ensemble".

Si vous souhaitez rejoindre la séance du jour, direction le site ffjudo.com : Main droite au revers, main gauche à la manche... Hadjimé !