"On ne vit pas le confinement comme il est vécu en ville" : à Tarascon-sur-Ariège, les masques contre le Covid-19 ne sont plus obligatoires

Un nouvel arrêté rédigé par la préfecture de l'Ariège permet à Tarascon-sur-Ariège de sortir de la liste des communes du département dans lesquelles le port du masque est obligatoire. Une exception sur les douze municipalités concernées jusqu'au 15 mai.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le masque n'est plus obligatoire dans cette ville ariégeoise, mais la mairie appelle les riverains à rester vigilants. (STEPHANE IGLESIS / RADIO FRANCE)

Avec un taux d'incidence de moins d'un cas positif au Covid-19 pour 1 000 habitants d'après la préfecture du département, les riverains de Tarascon-sur-Ariège peuvent désormais se passer de masque. Même si tous ont accueilli avec joie la nouvelle, une bonne partie d'entre eux, dont le maire, préfèrent rester prudents.

Dans cette petite ville installée le long de l'Ariège, la levée de cette obligation est un soulagement. "Je suis ravie, clame Catherine. C'est une sage décision. On n'est pas du tout serrés les uns contre les autres, je trouvais cela absolument stupide. Ça me mettait très en colère."

"Le masque dans la rue, ça ne servait à rien !"

Catherine

habitante de Tarascon-sur-Ariège

D'autres riverains gardent le masque quand ils rentrent dans des lieux clos. "On croise quelqu'un toutes les heures, même moins parfois, reconnaît Mylène qui habite un village proche. Après quand on rentre dans Tarascon, dans les magasins, on met le masque. Ce qui est tout à fait normal."

Cette Ariégeoise sait que la situation sanitaire et géographique, au pied des Pyrénées, ne peut pas être comparée aux communes plus importantes dans le département. "On ne vit pas le confinement comme il est vécu en ville. On n'est pas prisonniers. Dans les villages, en montagne, c'est beaucoup plus tranquille. Il y a beaucoup moins de densité de population au mètre carré."

Mais certains habitants font fi de l'arrêté préfectoral et préfèrent ne rien changer. Une précaution sanitaire "pour les autres, pour moi, explique Michèle. Je préfère. On rentre dans les magasins, on en sort... c'est utile de le porter. Je l'ai sur le nez tout le temps. Sauf dans la voiture quand je suis seule. Et je rencontre beaucoup de personnes qui sont de cet avis."

Le maire demande à ses administrés de "rester prudents"

D’ailleurs le maire de Tarascon-sur-Ariège, Alain Sutra, continue à le porter le plus souvent. L'édile ne préfère pas dire que cette décision préfectorale est "une chance. Disons que c'est une petite porte entrouverte par madame la préfète. Je suis conscient de cet effort réalisé par l’État. Mais je demande aux concitoyens de rester prudents, de bien respecter les gestes barrières." Histoire de ne pas subir un retour en arrière. 

Tarascon sur Ariège sans masques : reportage de Stéphane Iglésis
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.