"On n'a pas les moyens en France de pouvoir tester tous les sportifs tous les jeudis et vendredis", s'inquiète le directeur médical de la FFF

"Si vous avez 2,5 millions de licenciés qui se testent tous les jeudis, vendredis, on n'arrivera pas à fournir" assez de tests, prévient le docteur Emmanuel Orhant, directeur médical de la Fédération française de football (FFF), invité sur franceinfo vendredi 21 août.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le docteur Emmanuel Orhant, directeur médical de la Fédération française de football (FFF), le 9 juillet 2015. (STEPHANE GUIOCHON / MAXPPP)

"On n'a pas les moyens en France de pouvoir tester tous les sportifs de tous les sports tous les jeudis et vendredis", a reconnu le docteur Emmanuel Orhant, directeur médical de la Fédération française de football (FFF), sur franceinfo vendredi 21 août, alors que le contexte sanitaire rend complexe le retour à l'entraînement des clubs amateurs.

"Les campagnes de dépistage vont être proposées", a indiqué le médecin du sport. "Si on fait la même chose que dans le foot professionnel, tester 48 ou 72 heures avant un match, on va mettre en péril le système de tests français, parce que si vous avez 2,5 millions de licenciés qui se testent tous les jeudis, vendredis, on n'arrivera pas à fournir."

Des référents sanitaires nommés dans les clubs

"La pratique du football, le gouvernement l'a bien noté dès le mois de juillet, c'est une pratique normale", a expliqué Emmanuel Orhant. "Par contre, pour tout ce qui est en dehors des terrains, il faut gérer les distanciations." Ce médecin, qui travaille à la Fédération française de football, est revenu sur les règles à suivre, qui ne sont pas spécifiques à la pratique de la discipline. "Les consignes seront comme les consignes actuelles du gouvernement. Elles sont très strictes, très bien suivies par les clubs. Des référents sanitaires ont été nommés dans les clubs, chargés de mettre en place tout ce qui est la distanciation", a-t-il précisé. "Et puis le but c'est de travailler par notion de groupes pour éviter, quand il y a un cluster dans une équipe amateur, que tout le club soit mis en quatorzaine."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.