Moratoire sur la dette des pays africains : "S’il n’y a pas de conditions, nous ne sommes pas d’accord", annonce Louis Aliot

Le député du Rassemblement national estime qu'il est difficile de "rayer la dette" de pays qui ont à leur tête des"dictateurs [...] qui s’en mettent plein les poches".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Louis Aliot, député du Rassemblement national, sur franceinfo vendredi 7 février 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Après la proposition d’Emmanuel Macron d’un moratoire sur la dette des pays africains, Louis Aliot a réagi mercredi 15 avril sur franceinfo. "S’il n’y a pas de conditions, nous ne sommes pas d’accord", affirme le député du Rassemblement national.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

"On peut le faire s’il y a des contreparties", estime Louis Aliot, "en matière de gestion des affaires publiques, de gestion de l’immigration, de corruption". "C’est difficile de dire à certains pays on va rayer votre dette comme ça, alors qu’il y a à la tête de ce pays des dictateurs, des gens qui s’en mettent plein les poches, des professionnels de la corruption", souligne le député du RN.

Au-delà d'une "refondation" européenne, "nous devons aussi savoir aider nos voisins d'Afrique à lutter contre le virus plus efficacement, les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leur dette", a déclaré le président français, Emmanuel Macron, lors d'une allocution télévisée consacrée, le 13 avril 2020, à la lutte contre l'épidémie mondiale de Covid-19. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.