Cet article date de plus d'un an.

"Même si c'est à travers les ondes, on est avec beaucoup de gens" : avec le confinement, la messe de Pâques pourra être suivie à la télévision

Avec le confinement, les chrétiens se sont convertis à l’office à distance. Des églises ont maintenant leurs propres canaux de diffusion. Et les fidèles semblent s’y retrouver.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Installation pour l'émission "Le Jour du Seigneur" dans la basilique Saint-Antoine à Nantes, le 25 janvier 2019. Cette année, elle aurait dû avoir lieu dans la cathédrale de Metz. Elle sera finalement filmée dans un studio d'environ 80 m² dans le 13e arrondissement de Paris. (ROMAIN BOULANGER / MAXPPP)

Le Jour du Seigneur devrait faire des records d’audience, dimanche 12 avril, pour les célébrations de Pâques sous le régime du confinement qui a sensiblement réduit l'espace pour cette messe. Elle aurait dû avoir lieu dans la cathédrale de Metz. Elle sera filmée dans un studio d'environ 80 m² dans le 13e arrondissement de Paris.

Une façon de se rapprocher finalement du quotidien des Français et des croyants."Ça rentre bien en connotation avec ce que vivent les gens", explique le frère Thierry Hubert, dominicain, producteur de l’émission. "Évidemment, on ne l'avait pas pensé comme ça au départ, poursuit le dominicain. Nous sommes confinés dans notre petit studio à vivre à quelques-uns", comme le public qui regarde les messes depuis chez lui.

"Le confinement fait qu'on a besoin de se retrouver"

Cette messe aura lieu sous contrainte sanitaire. Les effectifs ont été réduits et les techniciens devront porter des masques. Il n'y aura pas de partage de l'eucharistie. Il faut aussi faire avec le matériel. Il a fallu évaluer le risque incendie pour le cierge pascal et trouver malgré tout des fleurs. "J'en cherche désespérément pour décorer ce plateau comme il n'y a plus de fleuriste, indique Hélène Bagot, chargée de liturgie. Il faut que j'aille demander à des gens autour de moi s'ils ont un jardin ou quelque chose. Ma petite voisine du dessus, par exemple, m'a donné des fleurs pour pouvoir préparer ce plateau."

L'équipe a maintenant des repères, ce sera la cinquième messe filmée confinée. La semaine dernière, les audiences ont triplé. Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, animera cette messe : "Le confinement fait qu'on a besoin de se retrouver. Et à défaut, de se retrouver physiquement, quand on participe à la messe, même si c'est à travers les ondes, on est avec beaucoup de gens."

L'émission religieuse existe depuis 70 ans. Dans les premières années, il y a eu des enregistrements en studio. C'est donc aussi une forme de retour aux sources.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.