Retour du masque à l'extérieur contre le Covid-19 : les Parisiens résignés mais pas convaincus

Plus de 200 000 cas de Covid-19 dépistés en 24 heures, c’est un "raz-de-marée" selon le ministre de la Santé Olivier Véran. Pour freiner les contaminations la préfecture de police de Paris impose de nouveau le masque en extérieur dans la capitale et dans plusieurs départements franciliens dès le 31 décembre.

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des passants masqués à Paris le 14 décembre 2021.  (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Le masque, Amel le laisse sous le menton. À l'intérieur comme à l'extérieur. Pour cette asthmatique le porter normalement est un cauchemar : "Ça gêne la respiration. Quand on sort, on a envie de prendre l'air, pas prendre les bouffées de masque." Elle a même tendance à l'oublier quand elle rentre dans une boutique et se prend souvent des remarques d'autres clients. Jusqu'à en venir aux mains jeudi 30 décembre dans une boulangerie près de la gare Montparnasse. 

Amel ne comprend pas l'intérêt de le porter à l'extérieur : "Dans des endroits clos, je comprends. Mais dans la rue, franchement, on respire mal." Son ami Akram est du même avis, mais il se résigne à devoir composer avec la mesure : "Ce sera une amende de 135 euros pour les gens qui ne portent pas le masque, donc on le mettra s'il le faut, puis surtout s'il y a les flics."

"Les vaccinés n’ont même pas droit à une petite remise !"

Amel, une Parisienne opposée au masque en extérieur

à franceinfo

Relever son masque devant la police et fumer cigarette sur cigarette sont deux techniques pour ceux qui sont contre le masque et qui se préparent déjà à éviter l'amende, d'autant que les contrôles seront renforcés. Aïcha restera dans les clous, même si cette mesure l'agace : "On se trompe complètement de combat. Au lieu de mesures efficaces, comme fermer les écoles au moins trois semaines, le temps que ça se calme un peu, rendre obligatoire le télétravail pour de vrai ou donner plus d'argent pour les hôpitaux, on rend obligatoire le masque dans la rue. C'est de la poudre aux yeux. C'est accessoire et c'est idiot."

Loin de la trouver inutile, cette nouvelle obligation est jugée nécessaire par Marc et Paul, qui travaillent à Paris : "La maladie c'est plus pénible que de porter un masque. C'est normal et ce devrait même être fait depuis longtemps d'ailleurs. Parce qu'il y en a plein qui ne respectent pas. Puis ça continue et ça continue. Il faut que ça s'arrête un jour."

"De toute façon, je le porte tout le temps parce qu'il fait froid."

Chloé, que le masque ne dérange pas

à franceinfo

Il y a aussi ceux pour qui porter à nouveau le masque à l'extérieur ne va rien changer car ils ne le quittent jamais depuis le début de l'épidémie. Comme Chloé qui arrive tout droit de Nouvelle-Calédonie : "Je me couvre avec parce qu'il fait froid, mais je trouve pas ça dérangeant. Au contraire, c'est un peu plus sûr de se dire que tout le monde le porte autour de nous".

La préfecture de police de Paris entend freiner la circulation du virus qui explose dans la capitale, où plus d'un Parisien sur 50 est aujourd'hui contaminé par le covid-19.

Masque obligatoire à l'extérieur : les réactions des Parisiens, reportage de Victoria Koussa
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masques sanitaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.