"Quand on en trouve, le prix est exorbitant" : les infirmiers libéraux ont de plus en plus de mal à s'équiper en gants

Le ministre de la Santé a reconnu des "tensions" mais assure que de nouvelles livraisons devraient bientôt arriver en France. 

Un infirmier qui porte des gants après un test Covid-19. 
Un infirmier qui porte des gants après un test Covid-19.  (JEAN-LUC FL?MAL / MAXPPP)

On se souvient de la pénurie de masques au début de l'épidémie de Covid-19, c'est aujourd'hui la pénurie de gants qui inquiète. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a évoqué mardi 12 août des "tensions" sur ces équipements, mais il promet que du matériel arrivera dans les prochains jours pour renflouer le stock stratégique national destinés notamment aux hôpitaux. Cependant, les infirmiers libéraux eux aussi utilisent quotidiennement plusieurs dizaines de gants et ils sont également confrontés à des difficultés d'approvisionnement. 

La production mondiale insuffisante 

Avec la demande mondiale qui a explosé, les fabricants de gants n'arrivent plus à suivre. Résultat : les fournisseurs des infirmiers sont à sec ou presque. Ils commencent même à rationner alors que certaines livraisons arrivent avec des mois de retard. Et surtout, les prix désormais s'affolent explique Antoinette Tranchida, la présidente de l'organisation nationale des syndicats infirmiers libéraux. "La pénurie est effective parce que les gants vinyles on n'en trouve pas, explique-t-elle. Et quand on en trouve, le prix est exorbitant, inaccessible pour nous."

On ne peut pas travailler dans des conditions comme ça avec des soins qui nous coûtent plus qu'il nous rapportent. Antoinette Tranchidaà franceinfo

Les infirmiers risquent de ne plus pouvoir assumer certaines des missions qu'ils remplissent aujourd'hui comme les dépistages à domicile ou les prises de sang. Ils demandent que les gants soient désormais réservés aux soignants, avec un prix maximum fixé par l'Etat. Sans cela, ils ne pourront pas prévoir des stocks de plusieurs semaines alors que les autorités demandent qu'ils soient constitués d'ici fin septembre.