Masque obligatoire pour les cyclistes et les joggeurs à Paris : la mairie demande à la préfecture de police de "revenir sur cette décision" 

Emmanuel Grégoire, le premier adjoint d'Anne Hidalgo, explique qu'il n'en comprend pas le "fondement scientifique". Il demande également que soit précisé quels sont les droits des fumeurs notamment.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Grégoire, premier adjoint  à la maire de Paris, le 5 mars 2020. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

La mairie de Paris demande à la préfecture de police de "revenir" sur sa décision de rendre obligatoire le port du masque pour les cyclistes et les joggeurs, a indiqué Emmanuel Grégoire, le premier adjoint d’Anne Hidalgo, vendredi 28 août sur franceinfo. "Nous n’en comprenons pas le fondement scientifique", a-t-il expliqué. A partir de 8 heures, le port du masque est de rigueur à tout moment dans toutes les rues de la capitale sous peine d’une amende de 135 euros, une mesure qui concerne les piétons, les cyclistes, les motards, ainsi que les adeptes du footing ou de la trottinette. Par ailleurs, Emmanuel Grégoire demande à la préfecture de police de "clarifier" les règles pour les fumeurs. "Il me paraîtrait ubuesque qu'un citoyen prenne une amende pour cette raison", a-t-il souligné.

>> Coronavirus : le port du masque devient obligatoire à Paris et dans la petite couronne à 8 heures. Suivez notre direct.

franceinfo : La préfecture de police a-t-elle pris la bonne décision en rendant le port du masque obligatoire à Paris ?

Emmanuel Grégoire : C'est toujours difficile de prendre ce type de décision parce que quand on n'en fait pas assez, on dit qu’on ne comprend pas. Et quand on généralise, on dit que c'est parfois disproportionné. Cette mesure a au moins l'avantage de la compréhension, de la simplicité : le masque, c'est maintenant partout et tout le temps.

Mais il y a déjà au moins un point qui fait débat depuis cette annonce, c’est l’obligation du port du masque pour les cyclistes. Quelle est votre position ?

C'est un arbitrage de la préfecture de police avec lequel nous ne sommes pas d'accord, parce que nous n’en comprenons pas le fondement scientifique. Nous sommes opposés au port du masque à vélo parce que rien sur le plan scientifique, n’atteste que c'est dangereux et c'est surtout très contre-productif. On dit aux gens : prenez le vélo pour essayer de désengorger les transports en commun, et en parallèle, on leur demande de porter un masque qui est particulièrement inconfortable en effort physique. Donc, c'est un point de discussion sur lequel nous avons engagé un dialogue avec la préfecture de police, d’autant que nous l’avons appris au tout dernier moment.

Vous demandez donc très clairement au préfet de revenir sur cette décision concernant les cyclistes ?

Absolument, nous demandons à revenir sur cette décision et à réfléchir aussi sur la question du jogging, parce que là aussi, quiconque a fait du jogging dans sa vie sait que c'est impossible de le faire avec un masque.

Les études de l'OMS montrent que c'est même dangereux de faire du sport intense avec un masque pour plein de raisons.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint  à la maire de Paris

à franceinfo

Donc oui, nous souhaitons revenir sur ce détail précis.

Pourra-t-on fumer dans la rue à Paris ?

C'est une très bonne question parce que ça me paraît difficile de faire une mesure d'ordre général d'interdiction de fumer. C’est une question que nous avons posée à la préfecture de police. Il ne s'agit pas de faire un débat sur le tabac, il s'agit simplement de régler les cas individuels qui peuvent mettre en conflit un citoyen avec un policier. Il me paraîtrait ubuesque qu'un citoyen prenne une amende pour cette raison. Simplement, c’est un point de clarification qui doit être mis en œuvre. Je fais confiance à l'intelligence des policiers pour appliquer avec discernement les règles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.