Masques sanitaires : les députés adoptent une résolution demandant une "stratégie globale" de production en vue de nouvelles pandémies

Cette résolution, qui n'est pas contraignante, vise à mieux anticiper d'éventuelles futures pandémies, et demande aussi le développement d'une filière de recyclage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une ligne de production de masques de protection sanitaires à Saint-Barthélemy-d'Anjou (Maine-et-Loire), le 4 juillet 2020. (JEAN-MICHEL DELAGE / HANS LUCAS / AFP)

La France doit produire ses propres masques, estiment les députés. L'Assemblée nationale a voté à l'unanimité une résolution non contraignante demandant au gouvernement une "stratégie globale" de production et de recyclage de masques sanitaires, jeudi 7 octobre. Le texte était présenté par le groupe Les Républicains.

"La relocalisation et la création d'une filière française de production de masques de protection sanitaire représentent désormais un enjeu de souveraineté, afin que notre nation puisse faire face à d'éventuelles nouvelles pandémies", a fait valoir la députée de Haute-Loire Isabelle Valentin, autrice du texte. "Il est également indispensable de mettre en place une filière de recyclage des masques de protection sanitaire, en raison des enjeux écologiques", souligne-t-elle.

Pérenniser la filière avec des commandes publiques

Cette résolution s'explique bien sûr par le contexte de la pandémie de Covid-19 et les difficultés à fournir des masques à la population française dans les premiers mois de la crise. Le député Jean Lassalle (Libertés et Territoires) a estimé que cette séquence avait mis en lumière des "failles stratégiques" dans ce domaine.

Pour le groupe communiste (Gauche démocrate et républicaine), Karine Lebon a souligné la nécessité de "pérenniser la filière" française, passée de quatre producteurs en janvier 2020 à une trentaine aujourd'hui, en "mettant davantage à contribution la commande publique".

La ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a défendu l'action du gouvernement, rappelant que la production de masques en France avait été "multipliée par 30" par rapport à début 2020. Mais elle a reconnu qu'il "nous appartient désormais de faire vivre" la filière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masques sanitaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.