Covid-19 : un masque pour rendre possible la réouverture des salles de sport est à l'étude

"Nous avons mis un investissement financier pour que l'Afnor puisse mettre au point cette norme qui permettra aux fabricants de se positionner sur la fabrication de ce masque", a indiqué mercredi la ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le manager d'une salle de sport, en juin 2020 (illustration). (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Un masque pour pratiquer un sport en intérieur en toute sécurité. C'est ce sur quoi planchent "Décathlon, l'Union sport et cycle (USC) et le ministère des Sports", a déclaré la ministre des Sports Roxana Maracineanu, mercredi 20 janvier, sans toutefois donner de calendrier précis. Elle répondait à Virgile Caillet, délégué général de l'USC, qui déplore la fermeture définitive de "400 salles" de sport à cause de la pandémie, qui a interpellé la ministre à l'occasion d'une visioconférence avec le secteur sportif organisée par le Medef. "Je ne peux que soutenir une initiative comme celle-là, car c'est un outil de retour au sport qui permettra aux salles de sport notamment de pouvoir rouvrir" et à leurs utilisateurs d'être "protégés comme quand on va dans un magasin ou dans les transports".

>> Suivez en direct toute l'actualité sur le Covid-19 avec franceinfo

"Nous avons mis un investissement financier pour que l'Afnor puisse mettre au point cette norme qui permettra aux fabricants de se positionner sur la fabrication de ce masque", a détaillé la ministre. Celui-ci "devra trouver une adéquation entre la respirabilité et la protection nécessaire", a-t-elle ajouté. 

Il "faudra le faire valider par le Haut Conseil à la santé publique, par le ministère de la Santé", a dit la ministre. Elle n'a donné aucune indication de calendrier, ni sur le masque, ni sur les perspectives de réouverture des salles, mais a insisté sur le fait que le "sport est une activité essentielle pour la santé des Français".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.