Covid-19 : les "masques FFP2 ne sont pas recommandés" au grand public, affirme l'Union des syndicats de pharmaciens

Gilles Bonnefond, président de l'USPO et pharmacien à Montélimar, assure que ces masques réservés jusqu'ici aux soignants "sont difficiles à porter et peu respirants".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des masques FFP2 vendus en pharmacie. (FLORENCE GOTSCHAUX / FRANCE-BLEU DRÔME-ARDÈCHE)

Alors que le gouvernement appelle les Français à être plus exigeants en termes de masques pour mieux se protéger du Coronavirus et de ses variants, "les masques FFP2 ne sont pas recommandés" au grand public, prévient Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d'officine, invité de franceinfo mardi 19 janvier.

>>> Covid-19 : pourquoi le port du masque FFP2 n'est pas généralisé en France.

"On a des demandes de masques FFP2", indique ce pharmacien de Montélimar. Ils filtrent plus que les masques en tissu et les masques chirurgicaux, mais ils ne "sont pas recommandés déjà parce qu'ils sont difficiles à porter, c'est peu respirant." Gilles Bonnefond estime qu'ils sont non adaptés aux multiples activités que peut avoir le grand public. Autre problème que la généralisation des masques FFP2 pourrait engendrer : "On en a beaucoup moins et ils sont beaucoup plus chers", explique-t-il.

"Si on devait remplacer tous les masques par des FFP2, on mettrait en péril tous nos professionnels de santé à l'hôpital, tous les dentistes qui s'en servent et qui en ont absolument besoin."

Gilles Bonnefond

à franceinfo

Le port du masque FFP2 est, selon le président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine, une mesure de sécurité superficielle pour la vie de tous les jours : "Du moment que la personne que vous rencontrez et vous-même portez un masque, c'est extrêmement efficace."

Enfin, aucune inquiétude à avoir, assure Gilles Bonnefond concernant les masques industriels grand public, en tissu réutilisable de niveau 1. Ceux recommandés mardi 19 janvier par le ministre de la Santé Olivier Véran pour remplacer les masques artisanaux. "Il y en a beaucoup dans les pharmacies, il n'y a pas de ruptures", promet le pharmacien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.