Covid-19 : le masque devient-il un nouvel accessoire de mode incontournable ?

Avec la crise sanitaire, le masque s'est imposé dans le quotidien de tous les Français. Pour certains, il doit s'accorder aux tenues, ce que certaines marques ont bien compris.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le masque devient peu à peu un accessoire de mode, au même titre que les lunettes ou les casquettes. (MARCO PASSARO / MAXPPP)

On le porte dans tous les espaces confinés et partagés, plus d'une ville sur trois l'impose dans la rue... avec la crise sanitaire le masque devient petit à petit un accessoire de mode, comme des lunettes ou une ceinture. Dans la rue, à Paris par exemple, il est facile de trouver des passants qui ont choisi soigneusement leur masque avant de sortir. "Avec le masque, on ne peut plus se différencier par la moustache ou la barbe, raconte un passant. Ce sont les masques qu'il va falloir un peu styliser, alors autant qu'ils soient beaux."

Un masque en dentelle pour les mariées

Les marques s'emparent désormais de ce nouvel objet quasi publicitaire. Une aubaine pour la filière textile : les commandes publiques de masques se sont vite taries selon Marc Pradal, président de l'Union française des industries mode et habillement, à l'initiative du masque made in Franceet patron de l'atelier Kiplay : "Il y a de plus en plus de demandes de masques à l'effigie des entreprises ou des collectivités. Aujourd'hui, on va même un peu plus loin. Les mariages ont repris, le port du masque est obligatoire, donc on fait un masque spécial pour la mariée. Il est blanc, il est brodé avec un peu de dentelle, et on arrive à l'accessoire de mode."

Mais le masque grimpera-t-il jusqu'aux podiums ? Réponse à la fin du mois de septembre avec les défilés prêt-à-porter à Paris. Chez Coperni, le débat est déjà tranché : "Finalement c'est non, assure Sébastien Meyer, l'un des deux cofondateurs de la marque. Parce que ce n'est pas un accessoire de mode particulièrement positif. C'est quelque chose qui répond à une crise grave. Nous, notre marque a dans son ADN la positivité. On aime vendre du rêve, des beaux produits."

On n'a pas envie de surfer sur quelque chose qui n'est pas très fun.

Sébastien Meyer, cofondateur de Coperni

à franceinfo

Si l'avenir du masque sur les podiums des défilés est incertain, il reste un beau terrain de jeu pour les designers et inventeurs : masque transparent, anti-buée ou réutilisable à l'infini... les innovations ne manquent pas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.