Coronavirus : personnes démunies, établissements scolaires, entreprises… Quatre questions sur la gratuité des masques

Si le masque devient obligatoire un peu partout, sa gratuité ne concerne toujours que certaines catégories de personnes, comme l'a rappelé l'exécutif ces derniers jours. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le port du masque est désormais obligatoire dans des centaines de villes françaises. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

Ce sont des chiffres que le gouvernement aime marteler. "Nous avons envoyé récemment 50 millions de masques à 3 millions de familles modestes et précaires, c'est-à-dire à près de 9 millions de Français", a rappelé le Premier ministre, Jean Castex, lors de son point presse sur la situation sanitaire en France, jeudi 27 août. Des masques gratuits, seulement distribués aux plus "précaires" et aux personnes à risque.

Car si le masque est désormais obligatoire dans les rues de centaines de villes de France, et s'il le deviendra dès la semaine prochaine dans les entreprises et les écoles, le gouvernement refuse d'instaurer une "gratuité générale du masque" pour tous les Français. Les collectivités locales ont parfois pris le relais pour proposer des masques aux élèves des collèges et lycées. Franceinfo fait le point sur ce sujet.

1Qui peut bénéficier des masques gratuits ? 

L'Etat veut continuer d'envoyer gratuitement par voie postale des masques aux "plus précaires", et ce, "aussi souvent que nécessaire jusqu'à la fin de l'épidémie", a assuré Jean Castex, jeudi. Ces 9 millions de Français concernés sont ceux ayant "des difficultés de revenus", plus précisément les bénéficiaires de l'aide au paiement de la complémentaire santé solidaire (ACS) et de l'aide médicale d'Etat (AME). Les personnes sans-abri sont aussi concernées par cette démarche grâce à l'appui des associations et des collectivités locales, ajoute Checknews.

2Qui est concerné par la gratuité des masques sur prescription médicale ? 

Outre les personnes précaires, Jean Castex a rappelé que "les personnes vulnérables à la maladie" peuvent se faire rembourser à 100% par la sécurité sociale leurs masques chirurgicaux, mais seulement sur prescription médicale. Elles doivent donc présenter une ordonnance à leur pharmacien.

Ces personnes sont susceptibles de contracter des formes plus graves du Covid-19 et sont considérées comme étant à risque. Le ministère de la Santé en donne la liste : "les personnes de plus de 65 ans, les personnes atteintes d'une maladie chronique ou fragilisant leur système immunitaire (notamment antécédents cardiovasculaires, diabète et obésité, pathologies chroniques respiratoires, cancers, insuffisance rénale, cirrhose, splénectomie, drépanocytose...) et les femmes enceintes au troisième trimestre de grossesse." Ce qui concerne environ deux millions de personnes, a indiqué Oliver Véran lors de la session de questions au gouvernement du 21 juillet

"Il n'y a pas d'automatisme dans la prescription de ces masques, mais une appréciation au cas par cas conduite par le médecin, en fonction de son patient", a expliqué le ministère de la Santé à Checknews

3Quels départements et régions distribuent gratuitement des masques aux élèves ? 

Les élèves, à partir de la sixième, devront tous être masqués dès la rentrée du 1er septembre. Mais malgré les nombreuses demandes d'élus, l'Etat a été clair : il ne distribuera pas de masques dans les établissements. Il justifie cette décision par le fait que des millions de masques ont déjà été distribués aux familles précaires. Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a néanmoins évoqué la possibilité de mettre à disposition un stock pour qu'"aucun élève ne se trouve exclu de l'école ou en situation de ne pas pouvoir entrer parce qu'il ou elle n'aurait pas de masque".

Les collectivités locales ont tout de même décidé de prendre le relais sans attendre. Les régions, pour les lycées, et les départements, qui gèrent les collèges, multiplient les annonces de distributions gratuites de masques pour les élèves. 

Le conseil régional d'Ile de France a par exemple décidé mardi 25 août d'équiper les lycéens franciliens de deux masques lavables en tissu à la rentrée. Les régions Occitanie, Hauts-de-France ou encore les départements du Puy-de-Dôme, des Alpes-Maritimes, du Val-de-Marne ou de la Saône-et-Loire ont pris des dispositions similaires. 

4Quid des salariés en entreprise ? 

Le port du masque deviendra obligatoire dès le 1er septembre, a annoncé mi-août la ministre du Travail, Elisabeth Borne. Il devra être porté partout, des couloirs aux salles de réunion en passant par l'open space, à l'exception des bureaux "si on y est seul", a rappelé Jean Castex jeudi. 

"Le protocole sanitaire élaboré actuellement par le ministère du Travail n'est pas encore disponible mais il est déjà acquis que c'est à l'employeur qu'il revient d'approvisionner ses salariés en équipements de protection", rappelle Capital, qui cite le Code du travail : "Les mesures prises en matière de santé et de sécurité au travail ne doivent entraîner aucune charge financière pour les travailleurs." Les masques seront donc à la charge de l'employeur et non du salarié, et devront être fournis en quantité suffisante, car ils deviennent des équipements de protection individuelle (au même titre que les casques de sécurité, par exemple). 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.