Coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique recommande le port "systématique" du masque dans tous les lieux clos collectifs

Doivent être associées à cette recommandation "les autres mesures barrières de distanciation physique, d'hygiène des mains, de nettoyage désinfection des surfaces et d'aération des locaux", précise le Haut Conseil.

Des salariés portant leur masque au travail, dans une entreprise de la métropole lilloise, le 21 juillet 2020.
Des salariés portant leur masque au travail, dans une entreprise de la métropole lilloise, le 21 juillet 2020. (MAXPPP)

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) prône le port "systématique" du masque, "de préférence en tissu réutilisable", dans "tous les lieux clos publics et privés collectifs" pour lutter contre le Covid-19. Les conclusions du HCSP, diffusées samedi 15 août, découlent de l'étude des publications "décrivant les contaminations survenues dans des espaces publics clos (restaurant, bus, bateaux de croisières, répétitions de chorales, etc.) et certains milieux professionnels (abattoirs, etc.)".

Comme un écho, le président du syndicat de l'Union française pour une médecine libre, cosignataire d'une tribune dans Libération, plaide pour que le masque devienne obligatoire dans tous les lieux clos, y compris dans les bureaux et les salles de classe. "Ce que l'on sait depuis maintenant des mois, c'est que les points de départ des foyers épidémiques se font en lieu clos, entre les murs. Nous n'avons pas d'exemple de point de départ de foyer en extérieur, tous les problèmes viennent de l'intérieur", affirme-t-il à franceinfo.

Le masque doit être associé aux mesures barrières

Le HCSP rappelle enfin que doivent "être associées" à cette recommandation du port du masque "les autres mesures barrières de distanciation physique, d'hygiène des mains, de nettoyage désinfection des surfaces et d'aération des locaux". L'institution préconise aussi le port du masque "en cas de rassemblement avec une forte densité de personnes en extérieur afin de limiter l'émission de particules respiratoires".

Avec 2 846 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, "la situation se dégrade" en France, a mis en garde vendredi le directeur général de la santé, Jérôme Salomon.