Masque obligatoire à Levallois-Perret : "c'est très réconfortant", se félicite le maire Jean-Yves Cavallini

D'autres villes ayant pris des arrêtés similaires ont vu leurs décisions annulées par la justice administrative. Une issue qui n'inquiète pas l'élu levalloisien, qui argue que sa ville se trouve dans "une situation très particulière".

Des masques de protection dans une usine en Seine-Saint-Denis, le 14 mai 2020 (photo d\'illustration).
Des masques de protection dans une usine en Seine-Saint-Denis, le 14 mai 2020 (photo d'illustration). (BERTRAND GUAY / AFP)

Jean-Yves Cavallini maire (LR) de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine a imposé le port du masque dans sa ville aux personnes de plus de 10 ans, sous peine d'une amende de 38 euros. "Tout le monde à Levallois a un masque puisque nous l'avons distribué aux 65 000 habitants", affirme-t-il. Selon lui, "c'est très rassurant" de voir les Levalloisiens porter ce masque, afin de réduire le risque de propagation du Covid-19. D'autres villes ayant pris des arrêtés similaires ont vu leurs décisions annulées par la justice administrative. Une issue qui n'inquiète pas l'élu levalloisien, qui argue que sa ville se trouve dans "une situation très particulière".

franceinfo : Pourquoi cet arrêté pour rendre obligatoire le port du masque ?

Jean-Yves Cavallini : J'ai la conviction que c'est aujourd'hui le seul moyen d'arrêter la propagation du virus. Ce n'est pas parce que nous sommes en déconfinement, qu'il fait beau et que l'on a envie de sortir, qu'il faut oublier que nous ne sommes qu'en liberté surveillé. Il y a toujours un virus qui rôde.

Le port du masque a été rendu obligatoire dans les transports, dans les magasins en partie, pas dans la rue. Pourquoi ne pas simplement respecter les gestes barrière et la distanciation ?

La question c'est : pourquoi est-ce que le gouvernement n'a pas étendu ce port du masque ? J'avoue que je ne le comprends pas, parce que pour une fois, l'ensemble de la communauté médicale et des autorités sanitaires dit très clairement, sans équivoque, que la seule mesure efficace pour casser la transmission du virus, c'est le port d'un masque. Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement ne l'a pas étendu.

Les agents municipaux ne verbaliseront pas les premiers jours. Place d'abord à la pédagogie ?

Oui. Aujourd'hui, tout le monde à Levallois a un masque puisque nous l'avons distribué aux 65 000 habitants. Tout le monde est en mesure de respecter cet arrêté, ce qui n'était pas encore le cas il y a quelques semaines.

Le masque est-il pour autant porté dans les rues de Levallois ?

Aujourd'hui, c'était très réconfortant de voir que près de 80% des personnes ont un masque. Mais une épidémie c'est bien souvent une transmission pertpétuée par les 20% qui restent.

Toutes les autres villes ayant pris ce type de décision ont vu leurs arrêtés annulés par la justice administrative. Vous risquez sans doute d'être confronté à la même chose ?

Peut-être, mais le contexte médial et sanitaire n'est pas le même. Et puis Levallois est dans une situation très particulière qui mérite à mon sens un traitement particulier. Nous sommes la ville historiquement la plus dense d'Europe. Nous sommes 65 000 habitants sur 2,5 kilomères carrés. Donc à Levallois, le respect des gestes barrière est tout simplement impossible. On ne peut pas respecter la distanciation. Le seul moyen d'empêcher cette dispersion du virus, c'est de porter le masque.