Limogeage d'un capitaine de porte-avion américain : "un mauvais film de série B"

Alors qu'un commandant de vaisseau a été relevé de ses fonctions aux États-Unis pour avoir demandé des mesures contre le coronavirus, les Américains le portent en héros. Le rédacteur en chef de la revue Défense nationale est l'invité du 23h pour parler de son cas.

Qui a raison dans cette histoire particulière ? "C'est compliqué quand on voit la vidéo avec tout l'équipage acclamer le commandant. Il quitte pour la dernière fois le porte-avion, ces images font le tour des réseaux sociaux. Or l'US Navy est très rigide dans son fonctionnement. On a un choc de culture, un choc d'image (…) dans une Amérique qui est profondément anxieuse avec l'épidémie du Covid-19. C'est très délicat", explique le général Jérôme Pellistrandi.

Sanctions fréquentes

Y'a-t-il déjà eu des précédents dans l'US Navy ? "Dans le système militaire américain, les sanctions sont assez fréquentes et relever un officier de commandement est une pratique assez courante. Mais là c'est vraiment spectaculaire dans un contexte où le pays est fragilisé (…) On a tous les ingrédients d'un mauvais film de série B", complète le général.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'USS Boxer, navire américain qui a abattu un drone iranien le 18 juillet 2019, ici lors d\'un ravitaillement en mer quatre jours plus tôt, sur une photo de la marine américaine qui n\'a pas dévoilé sa localisation.
L'USS Boxer, navire américain qui a abattu un drone iranien le 18 juillet 2019, ici lors d'un ravitaillement en mer quatre jours plus tôt, sur une photo de la marine américaine qui n'a pas dévoilé sa localisation. (KEYPHER STROMBECK / NAVY OFFICE OF INFORMATION / AFP)