Cet article date de plus de deux ans.

Levée des mesures de confinement, réouverture annoncée des cinémas et théâtres... L'Italie prend "un risque calculé" selon Giuseppe Conte

Le pays, premier Etat européen à avoir imposé un confinement contre l'épidémie de coronavirus, va progressivement rouvrir ses frontières, ses commerces et ses lieux publics. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du conseil, Giuseppe Conte, le 21 avril 2020 lors d'une séance au parlement italien.  (REMO CASILLI / X02874)

"Nous sommes confrontés à un risque calculé, sachant -et je le dis très sincèrement- que la courbe épidémiologique pourrait à nouveau repartir à la hausse." C'est en ces termes que Giuseppe Conte, président du conseil italien, a commenté, samedi 16 mai, les mesures de levée du confinement prises par son gouvernement la veille lors d'un Conseil des ministres qui a duré près d'une dizaine d'heures

En Italie, premier Etat européen à avoir imposé début mars un confinement contre l'épidémie de coronavirus, les déplacements seront libres à partir du lundi 18 mai à l'intérieur d'une même région. L'ouverture des commerces, bars, restaurants et sites touristiques sera également possible à cette date. Les clubs de sport, les piscines et les gymnases pourront rouvrir le 25 mai tandis que les théâtres et les cinémas pourront reprendre leur activité à partir du 15 juin.

"Protéger la vie, la santé des citoyens"

Le gouvernement italien va rouvrir à partir du 3 juin ses frontières aux touristes de l'UE et annuler la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers dans la péninsule. A partir du 3 juin, il sera également possible pour les Italiens de voyager librement dans tout le pays, sans aucune limitation, sauf en cas de résurgence de l'épidémie de Covid-19 qui a fait près de 32 000 morts dans le pays, le troisième plus lourd bilan dans le monde.

"Nos principes restent les mêmes : protéger la vie, la santé des citoyens", a insisté Giuseppe Conte. "Mais nous devons les décliner différemment dans cette phase 2 (du déconfinement). Nous sommes confrontés à ce risque et nous devons l'accepter, (...) nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre la découverte d'un vaccin, à moins de se retrouver avec un tissu productif et social fortement endommagé." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.