Les collectivités abordent la crise liée au Covid-19 dans une meilleure situation que l'Etat, selon la Cour des comptes

Il existe cependant des différences sensibles entre collectivités et au sein de chacune d'entre elles. La situation financière globale du bloc communal (communes et intercommunalités) "semble la plus favorable", d'après la Cour des comptes. 

L\'entrée de la Cour des comptes, le 22 janvier 2018 à Paris. 
L'entrée de la Cour des comptes, le 22 janvier 2018 à Paris.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Dans une situation financière favorable fin 2019, les collectivités territoriales abordent la crise liée au Covid-19 dans de meilleures conditions que l'Etat, d'après un rapport de la Cour des comptes publié lundi 6 juillet. 

La situation des collectivités (communes, départements, régions) s'est améliorée en 2019 pour la troisième année consécutive, avec un niveau de dépenses contenu, notamment en ce qui concerne la masse salariale, souligne la cour dans son rapport annuel sur les finances locales. Elles abordent ainsi "dans l'ensemble l'année 2020 et la crise liée à l'épidémie de coronavirus dans une meilleure situation que l'Etat", note-t-elle.

Les collectivités ont engagé l'année dernière 186 milliards d'euros de dépenses de fonctionnement, 64 milliards de dépenses d'investissement, et leur épargne brute a progressé de 8,8%. Les magistrats soulignent notamment le dynamisme de leurs recettes fiscales (+3,1%), pour un total de 150,7 milliards d'euros en 2019.

D'importantes différences entre collectivités

Cette amélioration générale cache des différences sensibles selon les catégories de collectivités et au sein de chacune d'entre elles. La situation financière globale du bloc communal (communes et intercommunalités) "semble la plus favorable". De nombreuses communes, notamment de petite taille, abordent toutefois la crise "dans des conditions déjà difficiles et pourraient voir leur situation financière se dégrader dès 2020".

La situation est également hétérogène selon les départements. Celle des plus peuplés, de 500 000 à un million d'habitants, s'améliore, mais dans une moindre mesure que celle des autres strates, en raison de la croissance de leurs dépenses sociales. Les finances des départements devraient par ailleurs "être fortement affectées par la crise" dès 2020 "tant en dépenses (risque d'augmentation des dépenses sociales) qu'en recettes". Enfin, la hausse des charges de fonctionnement des régions reste supérieure à celle des autres collectivités et varie de façon significative de l'une à l'autre.

Le dispositif de contractualisation entre l'Etat et les collectivités mis en place en 2018 pour limiter leurs dépenses de fonctionnement a par ailleurs été suspendu en raison de l'épidémie.