Etats-Unis : les autorités recommandent le port du masque, même artisanal, mais Donald Trump ne veut pas en porter

Le gouvernement américain conseille désormais à la population de se couvrir le visage sur la base du volontariat, afin d'endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président américain, Donald Trump, lors d'une conférence de presse à Washington, le 3 avril 2020.  (JIM WATSON / AFP)

Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Vendredi 3 avril, le président Donald Trump a annoncé que les autorités sanitaires conseillaient désormais aux Américains de se couvrir le visage lorsqu'ils sortent de chez eux, afin de tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus, tout en indiquant que lui n'avait pas l'intention de porter un quelconque masque.  

>> Coronavirus : suivez en direct les dernières infos liées à la pandémie de Covid-19 dans le monde

"Avec les masques, cela va vraiment être sur la base du volontariat. Vous pouvez le faire, vous n'avez pas à le faire. Je choisis de ne pas le faire, mais certains pourraient vouloir en porter et c'est bon", a dit Donald Trump, évoquant ses entretiens avec d'autres dirigeants mondiaux et dignitaires. En effet, le chef d'Etat a déclaré lors d'un point-presse quotidien à la Maison Blanche, qu'il ne se "voyait pas" porter un masque pour les saluer.

Le président américain a souligné que les nouvelles recommandations du Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) ne devaient en rien remplacer les mesures de distanciation sociale déjà en vigueur pour lutter contre l'épidémie, qui a causé plus de 7 000 décès dans le pays.

Une pénurie de masques aux Etats-Unis également

Cette décision de Washington de promouvoir l'usage du masque intervient alors que des gouverneurs et des responsables hospitaliers ont alerté sur les stocks réduits de matériel de protection médical auxquels ont accès les secours. Elle arrive aussi après que des experts sanitaires ont questionné le choix de l'administration Trump de ne pas appeler à un port généralisé du masque, comme l'ont fait d'autres pays frappés par la pandémie et des représentants de certains Etats américains.

A New York, la ville américaine la plus touchée par l'épidémie, le maire Bill de Blasio a demandé jeudi aux habitants de se couvrir le visage lorsqu'ils sortent. "Ça peut être une écharpe, quelque chose que vous avez fabriqué, un bandana", a-t-il affirmé. Car pour éviter la ruée sur les masques médicaux, ce sont les masques faits maison ou fabriqués par l'industrie textile qui sont mis en avant dans le monde entier. Les scientifiques qui les promeuvent soulignent qu'ils servent à éviter de contaminer les autres plus qu'à se protéger soi-même.

"Qu'est-ce qui a changé dans nos recommandations ? Il est important de savoir que nous savons désormais, grâce à des études récentes, qu'une part importante de personnes infectées par le coronavirus n'ont pas de symptômes", a dit le directeur de la santé, Jerome Adams, notant que de nouveaux éléments indiquaient des transmissions virales via la parole, en plus de la toux et des éternuements. Certains individus pourraient aussi contaminer des personnes autour d'eux avant de présenter eux-mêmes à leur tour des symptômes du Covid-19, a précisé celui qui apparaît désormais dans une vidéo montrant comment fabriquer son masque avec un vieux tee-shirt. 

Donald Trump a déclaré que le CDC ne recommandait pas l'utilisation de masque de protection médical pour la plupart des personnes. Il a ajouté que les Américains pouvaient fabriquer des masques chez eux, faisant écho aux propos de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a ouvert la voie vendredi à un usage élargi des masques.

Donald Trump a par ailleurs critiqué les Etats américains, leur reprochant de n'avoir pas été suffisamment préparés pour répondre à une épidémie avec leurs propres stocks de fournitures médicales et de demander l'aide fédérale. Et cela alors que lui-même avait, dans un premier temps, minimisé le danger représenté par le nouveau coronavirus. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.