"L’épidémie est à l’étranger et l'étranger ne passe plus de commandes" : la difficile reprise de l'activité économique en Chine

La reprise économique est jusqu'à présent molle en Chine. Les ouvriers sont de retour dans les grandes zones industrielles mais les commandes ne sont pas au rendez-vous.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo aérienne des routes de la ville de Wuhan (Chine), le 16 avril 2020. (STR / AFP)

Dans le Guangdong, où les sites industriels se déploient à perte de vue, les entreprises se démènent pour sortir de la crise économique et sociale. Mais les entrepreneurs de la province la plus peuplée de Chine, 100 millions d'habitants, ont bien compris qu’il ne fallait pas compter sur la demande mondiale dans l’immédiat. 

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus et le confinement dans notre direct

C'est bien le problème de Yu Aijuan, dirigeante d'une PME de 100 employés qui vend des meubles aux Etats-Unis, à l'Italie, l’Allemagne et la France. Depuis le mois de mars, elle n'a plus de commandes. "J’ai une perte de bénéfices de plus de 60 %, indique-t-elle. En Italie, les gens font du télétravail, la livraison des grands meubles est interdite, ce qui pose un problème pour les ventes. Les dernières commandes à l'étranger datent de la fin février. Après, l’épidémie a touché le monde entier. Pour la période allant de mars à mai, il n'y a pas de commandes. On va avoir une période dure au moins jusqu’en juillet."

La Chine essaye de relancer sa demande intérieure

M. Wang a, lui, fermé sa petite usine qui avait déjà souffert des droits de douane imposés par les Etats-Unis pendant la guerre commerciale entre les deux géants de l'économie mondiale. "C'est comme un match, explique-t-il. Pendant la première mi-temps, les usines avaient des commandes de l'étranger mais elles étaient fermées parce que c'était l’épidémie en Chine. Maintenant, c'est la deuxième mi-temps : les usines ont rouvert mais l’épidémie est à l’étranger et l'étranger ne passe plus de commandes. Certaines usines se sont transformées pour fabriquer des masques mais ce n'est pas une stratégie durable. D'autres n'ont pas pu surmonter ces difficultés et ont dû abandonner. Il y a des patrons qui n'arrivent même pas à louer leurs locaux".

Pour relancer la consommation intérieure, des bons d'achat sont distribués aux habitants dans plusieurs villes de Chine. Les entreprises comptent particulièrement sur la foire de Canton, le grand salon chinois de l’import-export, qui, pour la première fois, aura lieu en ligne au mois de juin.
 
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.