Cet article date de plus d'un an.

Le journal des Outre-mers. Fin du confinement strict en Nouvelle-Calédonie ce lundi 20 avril à minuit

écouter (5min)

La fin du confinement toute proche en Nouvelle-Calédonie, c’est officiel il n’y a pas d’épidémie de coronavirus à Wallis et Futuna, et en Guadeloupe, des étudiants en médecine qui prêtent main forte au SAMU.

Article rédigé par
Célia Cléry - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le confinement strict en Nouvelle-Calédonie prendra fin ce lundi 20 avril à minuit. Il sera suivi d'une période de confinement adapté jusqu'au 3 mai 2020. (NOUVELLE CALEDONIE LA 1ERE / NICOLAS FASQUEL)

Le confinement strict", c’est bientôt terminé en Nouvelle-Calédonie ! Dès ce lundi 20 avril, place au "confinement adapté", autrement dit, certaines activités - pas toutes - vont reprendre, et les habitants du "Caillou" vont surtout retrouver la liberté de circulation ! L’annonce en a été faite par le Haut-Commissaire, l’équivalent du Préfet en Nouvelle-Calédonie. Reportage d'Eric Dufour, Nouvelle-Calédonie la 1ere

Pas de cas clinique de Covid-19 à Wallis et Futuna

Toujours dans le Pacifique, à Wallis et Futuna, un mois après le dernier vol passager vers l’archipel, il n’y a aucun cas clinique confirmé de coronavirus Covid-19. Les centres de santé peuvent donc reprendre un fonctionnement normal, même chose pour les vols inter-îles entre Wallis et Futuna. Et l’archipel prépare déjà la suite. Xavier Montserrat le directeur de l’agence régionale de santé est au micro de Mirna Kilama.

En Guadeloupe, des étudiants en médecine "à la rescousse" du SAMU

18 étudiants en médecine pour être précis, en 3e année à l’université des Antilles vont prêter main forte au SAMU. Depuis trois semaines, ils se relaient au standard du 15 afin de soulager les assistants de régulation, débordés et en sous-effectif face aux centaines d’appels quotidiens. Reportage de Josiane Champion, Guadeloupe la 1ere.

Priorité aux chanteurs locaux en Martinique

L’appel, en Martinique, lancé par le chanteur Kali. Avec d’autres, il demande aux responsables des radios locales de programmer en priorité les chanteurs locaux en ces temps de disette, faute de concerts pour cause de coronavirus. Kali qui fut en 1992, candidat à l’eurovision, au micro de Fabrice Théodose Martinique la 1ere. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.