Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Coronavirus : les entreprises sont nombreuses à se mobiliser pour venir en aide aux blouses blanches

Depuis LVMH jusqu'à la fabrique de jeans 1803 dans la Drôme, en passant par des chocolatiers, des entreprises françaises viennent participer à la lutte contre le coronavirus. 

Un membre du secteur médical avec un patient lors d\'un test de dépistage du coronavirus, en mars 2020, au CHU de Nantes. 
Un membre du secteur médical avec un patient lors d'un test de dépistage du coronavirus, en mars 2020, au CHU de Nantes.  (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

LVMH a ouvert la voie ce week-end. Le géant du luxe français a transformé ses sites de parfums et de cosmétiques pour produire du gel hydroalcoolique pour les hôpitaux de Paris. Les soignants en manquaient et lundi 16 mars, les premières bouteilles sont arrivées : 12 tonnes fabriquées dans les usines Dior, Guerlain et Givenchy. Pernod Ricard a aussi entendu la détresse des soignants. Le fabricant de spiritueux a fait don de 70 000 litres d'alcool, là-aussi pour fabriquer du gel hydroalcoolique. Il les a donnés au laboratoire Cooper, pour fournir cette fois les pharmacies. Enfin, toujours pour ce gel hydroalcoolique qui fait tant défaut, le géant français du sucre, Teréos, a transformé cinq de ses distilleries pour en fabriquer rapidement. Il vise 11 000 litres par semaine qu'il remettra là aussi directement aux soignants.

Les grands industriels se mobilisent mais il y a aussi de plus petites entreprises qui sont sur le pont, un peu partout en France. Par exemple, les Tissages de Charlieu, dans la Loire, travaillent sur la fabrication de masques de protection. Cette petite entreprise réalise d’habitude des tissus pour l’habillement, l’ameublement ou l’industrie aérospatiale et aéronautique et là, elle a conçu un masque lavable homologué. Il y a aussi ce fabricant de jeans français, la marque 1083, à Romans-sur-Isère dans la Drôme, qui a transformé son atelier pour aussi coudre des masques, et les distribuer aux médecins et infirmiers de la région. 

Mention spéciale pour des boulangers

On parle de masques, de gel hydroalcooliques, de tous ces produits qui permettent de faire barrage à la propagation du virus mais il y en a d’autres qui sont tout aussi essentiels. En ces temps difficiles où le moral peut faiblir, ce sont les viennoiseries, par exemple. Plusieurs boulangeries en donnent chaque jour aux soignants proches de chez eux. Sans oublier, enfin, le chocolat, qui redonne de l’énergie. Le chef pâtissier Pierre Marcoloni a décidé de donner tout son stock aux équipes des hôpitaux de Paris. Il a vidé ses boutiques parisiennes pour livrer plusieurs milliers de coffrets de chocolats aux blouses blanches. On applaudit !

Un membre du secteur médical avec un patient lors d\'un test de dépistage du coronavirus, en mars 2020, au CHU de Nantes. 
Un membre du secteur médical avec un patient lors d'un test de dépistage du coronavirus, en mars 2020, au CHU de Nantes.  (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)