Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Avec la crise, le chômage aux États-unis atteint des niveaux historiques

Aux États-Unis, le chômage s’envole. Rien que cette semaine, on enregistre plus de 2 millions de nouveaux inscrits. C’est colossal. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Express").

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme devant un bureau du travail à New York (USA). Photo d\'illustration.
Un homme devant un bureau du travail à New York (USA). Photo d'illustration.(STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Depuis l'arrêt brutal de l'économie américaine mi-mars et la mise en place de mesures de confinement, plus de 38 millions de personnes ont pointé au chômage. À tel point que le taux de chômage aux États-Unis n’a jamais été aussi élevé depuis les années 30 et la grande dépression.

On est aujourd’hui à presque 15%  alors qu’en février dernier, il ne dépassait pas les 3,5%. Pour donner une autre comparaison, qui permet de bien saisir l’ampleur du choc, on estime que 33 millions d’emplois ont d’ores et déjà été détruits avec l’arrêt de l’activité due au Covid-19 alors qu’en 2008, pendant les deux années de crise financière, 8 millions de postes avaient disparu. C’est quatre fois plus aujourd’hui en à peine quelques semaines. C’est simple : l'économie américaine n'a jamais détruit autant d'emplois en si peu de temps. 

Effondrement de la production industrielle

La production industrielle américaine a reculé de 11% le mois dernier, c’est historique pour la première économie du monde. Même chose pour la restauration, selon la fédération professionnelle du secteur, 8 millions de personnes pourraient perdre leur job du fait de la fermeture des établissements.

Dans tous les domaines, les vagues de licenciements se succèdent. Par exemple, Uber a remercié en trois minutes 3 500 employés par téléconférence. Le loueur de voitures Hertz a supprimé 10 000 emplois en Amérique du Nord, la liste est longue.  

Les chômeurs américains pas tous indemnisés

Même si l'administration Trump et le Congrès ont débloqué des fonds exceptionnels, le système d’indemnité chômage est moins généreux qu’en France. Certes, des droits ont été temporairement ouverts aux travailleurs indépendants, mais la situation reste très difficile pour les Américains qui perdent leur emploi.

C’est d’autant plus dur que souvent, ils perdent en même temps leur couverture santé puisqu’aux États-Unis elle est fréquemment liée à leur poste. Dans les villes américaines, les files s’allongent devant les banques alimentaires.

Un homme devant un bureau du travail à New York (USA). Photo d\'illustration.
Un homme devant un bureau du travail à New York (USA). Photo d'illustration.(STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)