Le coronavirus a fait 18 morts supplémentaires dans les hôpitaux français en 24 heures

Le virus continue à circuler sur le territoire, comme le montre le nombre de nouveaux "clusters".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mise en place d'un drive de depistage Covid pour piétons et voitures sur le parking de l'hôpital Michallon, à Grenoble (Isère), le 16 juin 2020. (ALLILI MOURAD/SIPA)

Le nouveau coronavirus a fait 18 morts supplémentaires en 24 heures en France, portant le nombre total de décès à 30 138 depuis le début de l'épidémie dans le pays, a annoncé jeudi 16 juillet la Direction générale de la Santé (DGS) dans son communiqué quotidien. 

Le bilan des décès dans les hôpitaux atteint 19 597 et la baisse du nombre de malades atteints d'une forme grave en réanimation se poursuit très légèrement, avec 481 patients, soit un de moins depuis jeudi. Au total, 6 796 personnes sont actuellement hospitalisées pour une infection au Covid-19, un chiffre qui continue à baisser malgré 119 nouvelles admissions enregistrées en 24 heures.

Une légère remontée du nombre d'hospitalisations

Une légère remontée du nombre d'hospitalisations est enregistrée sur une semaine dans 16 départements, alors que les autorités multiplient les avertissements sur une éventuelle résurgence de l'épidémie, selon des données de Santé publique France actualisées jeudi soir.

La prochaine actualisation des chiffres pour les établissements sociaux et médico-sociaux, où le bilan atteint 10 541 morts, est attendue le mardi 21 juillet.

Le virus continue à circuler sur le territoire, comme le montre le nombre de nouveaux"clusters" (497 cas groupés, y compris ceux détectés en Ehpad depuis le 9 mai, mais 313 clôturés). Quatre régions totalisent 71% des patients hospitalisés en réanimation : l'Ile-de-France, le Grand-Est, les Hauts-de-France et la Guyane. Dans cette dernière région, "la circulation du virus reste préoccupante", souligne la DGS dans son communiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.