Le billet sciences, France info

Le billet sciences. Comment les "brigades" Covid-19 cassent-elles les chaînes de transmission du coronavirus ?

Ces "brigades" sanitaires, baptisées "anges gardiens" par le ministre de la Santé,  sont chargées de faire remonter la liste des cas contacts après avoir interrogé les patients atteints par le coronavirus. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(RÉMI BRANCATO / FRANCE-INTER)

Pour éviter une nouvelle vague de l’épidémie, la loi qui prolonge l'état d'urgence sanitaire prévoit la mise en place de "brigades" sanitaires. Le dispositif existe aussi dans d’autres pays et il enseigne comment le virus se propage. Ces brigades anti-Covid, doivent casser les chaînes de transmission du virus. Leur rôle est d'interroger des patients dès qu'ils sont signalés par les services hospitaliers ou par les médecins en ville. Il s'agit ensuite de remonter tous les contacts qu'ils ont eu ces derniers jours. Sont-ils allés au travail ? Au supermarché ? Ont-ils vu de la famille ? Ensuite, ces cas contacts seront à leur tour appelés, invités à s'isoler puis à être testés en fonction du temps passé avec le patient. Une investigation massive alors que l'on détecte encore plusieurs centaines de nouveaux cas par jour en France.

Ces brigades anti-Covid ont été mise en place en Autriche avec des jeunes en service civil.  Des enquêtes épidémiologiques ont été déjà été faites pour comprendre un phénomène sanitaire mais pas dans cette ampleur ni sur cette échelle de temps. Cependant, il existe depuis longtemps des équipes de ce type aux États Unis : l'Epidemic intelligence service, rattaché au Center for Diseases Control and Prevention (CDC), l'agence fédérale de la santé. Près de 4 000 agents de terrain ont été formés depuis la création de ce service il y a soixante ans. Ils procèdent à de véritables enquêtes policières pour comprendre comment débute une épidémie, à partir de quels cas suspects. Ils évitent ainsi l'amplification d'un problème : une bactérie plus résistante, un effet secondaire ou un défaut de fabrication d'un médicament. Mais face à la propagation du Covid-19 aux États-Unis, même cette brigade très spécialisée est dépassée par les évènements.

Des chaînes de transmission intra-familiale importantes 

Leur travail est essentiel pour pouvoir tester et isoler rapidement les élèves d’une école ou les salariés d’une entreprise, et pour maîtriser les clusters avant qu'ils ne se propagent à une plus large échelle et obligent à reconfiner tout le pays.

L'enjeu est d'éviter que le taux de contagion ne remonte en flèche. Il ne faut pas qu'un patient puisse contaminer plus d'une autre personne par jour pour maîtriser l’épidémie. Même si ce dispositif est testé depuis quelques semaines par l'AP-HP, on sait encore assez peu de choses sur les cas de personnes infectées pendant le confinement. Ont-elles attrapé le Covid-19 au travail ? Dans le métro ? À l'hôpital ?

Selon plusieurs études chinoises et à Singapour, les cas d'infections au sein d'une même famille sont beaucoup plus importants que dans les transports. Et à Wuhan, pour que le taux de contagion soit inférieur à un, les patients Covid ont été isolés loin de leurs proches dans des hôtels. Les infectiologues attendent beaucoup de ces brigades pour mieux comprendre la propagation du virus.

(RÉMI BRANCATO / FRANCE-INTER)