La Russie annonce avoir trouvé un vaccin contre le Covid-19 : "c'est peut-être s'avancer de manière un peu trop optimiste", dit une économiste de la santé

Selon Nathalie Coutinet, Moscou a des velléités plus géopolitiques qu'économiques ou scientifiques. "C'est un petit peu la compétition de savoir quel est le pays qui disposerait des capacités de recherche les plus performantes."

Des doses du vaccin développé par l\'institut de recherche russe Gamaleya, à Moscou.
Des doses du vaccin développé par l'institut de recherche russe Gamaleya, à Moscou. (DMITRY KURAKIN / RUSSIA'S HEALTH MINISTRY)

La Russie a annoncé, mardi 11 août, avoir développé un premier vaccin contre le coronavirus. Un résultat qui paraît "étonnant" pour Nathalie Coutinet, économiste de la santé, invitée sur franceinfo. "En général c'est dix ans pour faire un vaccin, là on serait sur six mois, c'est vraiment très, très court."

Un enjeu géopolitique 

Mais l'annonce russe est peut-être précipitée, tempère Nathalie Coutinet. "Une phase de test est encore en cours. De là à dire que l'efficacité sera durable, c'est peut-être s'avancer de manière un peu trop optimiste." "Découvrir un vaccin dans un temps aussi court, c'est une prouesse en termes de recherche, poursuit l'économiste. Les États-Unis ou les pays d'Europe ont de fortes capacités d'innovation.

Sur le vaccin, c'est l'Europe qui est leader actuellement. La Russie n'est pas spécialement connue pour avoir des capacités d'innovation en termes de recherche pharmaceutique.Nathalie Coutinet, économiste de la santéà franceinfo

Par ailleurs, comme le précise la professeure à l'université Paris-13, "sans doute, jamais sur une maladie il n'y a eu autant d'équipes mobilisées de cette manière-là. On est sur quelque chose de totalement inédit." Le premier enjeu n'est pas forcément économique d'après Nathalie Coutinet. "C'est peut-être plutôt en termes géopolitique, c'est un petit peu la compétition de savoir quel est le pays qui disposerait des capacités de recherche les plus performantes.

C'est plus une histoire de renommée ou de capacités d'innovation du pays qui est en jeu.Nathalie Coutinetà franceinfo

"Ce à quoi on peut s'attendre, c'est que plusieurs vaccins arriveraient dans une période relativement réduite", analyse l'économiste de la santé.

La question de la capacité de production

Il y a des enjeux économiques importants, ajoute-t-elle mais "il ne faut pas oublier que les recherches ont été beaucoup financées par les États, certaines firmes ont annoncé vendre le vaccin à prix coûtant." La garantie que le vaccin soit disponible à tous, "nous ne l'avons pas", a cependant rappelé l'économiste, soulignant qu'il semble "quand même que ce serait difficile de trouver le vaccin".

"Il y a la question du brevet, mais la deuxième question c'est celle de la capacité de production, ajoute Nathalie Coutinet. C'est pour ça que certains pays ont fait des précommandes pour que les firmes soient en capacité de produire très rapidement de grandes quantités de doses."