La peur des entreprises face à la baisse de la prise en charge du chômage partiel par l’État

Le chômage partiel a permis à beaucoup d’entreprises de tenir durant toute la crise. Mais à compter du 1er juin, l’État va réduire sa prise en charge, et pour éviter des licenciements, ce sont les entreprises qui vont devoir compenser.

France 3

Dans une des entreprises du groupe Émile Dufour, qui fabrique du matériel industriel, 360 salariés ont bénéficié du chômage partiel. Aujourd’hui, une centaine d’entre eux n’ont toujours pas repris le travail et leur salaire est pris en charge à 100% par l’État. Mais à partir du 1er juin, le dispositif va changer : l’entreprise devra à nouveau leur verser une partie de leur salaire. 40 000 euros supplémentaires à payer pour le patron.

Prise en charge à 100% pour le tourisme et la restauration

À partir du 1er juin, le montant du salaire pris en charge par l’État va baisser à 85%. Les 15% restants seront à la charge de l’entreprise. Mais cela ne changera rien pour les salariés. Le dispositif a déjà coûté 24 milliards d’euros à l’État. L’objectif du gouvernement : encourager la reprise d’activité. En avril, 8,6 millions de salariés étaient encore en chômage partiel. En grande difficulté, les secteurs de la restauration et du tourisme continueront à bénéficier d’une prise en charge à 100%.

Le JT
Les autres sujets du JT
La chômage a fortement augmenté en mars 2020.
La chômage a fortement augmenté en mars 2020. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)