Nouveau coronavirus : la Chine annonce deux victimes supplémentaires, le bilan passe à six morts

Une réunion d'urgence doit se tenir mercredi à l'Organisation mondiale de la santé pour évaluer les risques de ce virus inconnu, semblable à une pneumonie.

Des passants portent des masques de protection à Pékin (Chine), le 21 janvier 2020.
Des passants portent des masques de protection à Pékin (Chine), le 21 janvier 2020. (KOKI KATAOKA / YOMIURI)

Le bilan continue de s'alourdir. La Chine annonce deux victimes supplémentaires du nouveau coronavirus, faisant passer le bilan à six morts, mardi 21 janvier. Au total, le pays a recensé 291 nouveaux cas et 922 patients en observation. Plus tôt, Pékin avait annoncé qu'un homme de 89 ans était devenu la quatrième personne à mourir de cette pneumonie d'origine inconnue. L'homme est mort après avoir éprouvé des difficultés à respirer, à Wuhan, la ville située dans le centre du pays où s'est déclenchée l'épidémie.

Par ailleurs, un homme rentrant de Chine et présentant les symptômes du mystérieux virus a été placé à l'isolement à son domicile en Australie. Il s'agit du premier cas suspect en Australie de ce nouveau coronavirus. Un porte-parole des autorités sanitaires de l'Etat du Queensland a expliqué que cet homme est récemment rentré de Wuhan. Les Philippines cherchent aussi à déterminer si la pathologie dont souffre un enfant de cinq ans récemment arrivé de Chine pourrait être le premier cas recensé dans le pays.

Des questions sur la transmission entre humains

Cette épidémie est due à un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus pouvant provoquer des maladies bénignes ou des pathalogies plus graves comme le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère). Le nouveau virus appartient d'ailleurs à la même famille que ce dernier, qui avait fait 774 morts dans le monde en 2002-2003, la plupart en Chine et à Hong Kong.

Lundi, un expert chinois a expliqué que ce nouveau virus était transmissible entre humains. L'OMS estime pour sa part qu'un animal semble être "la source primaire la plus vraisemblable", avec "une transmission limitée d'humain à humain par contact étroit". L'Organisation mondiale de la santé a annoncé la tenue mercredi d'une réunion d'urgence pour déterminer s'il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale".