L'application StopCovid "ne demande aucune information personnelle aux utilisateurs", affirme le fondateur de la société conceptrice de l'interface

Alors que l'application divise, Olivier Berni, fondateur de Lunabee Studio, la société en charge de la conception de l'interface de l’application l'assure, "la seule chose que l'application demande, c'est d'avoir accès au bluetooth du téléphone".

Capture d\'écran de l\'application StopCovid mise en place par le gouvernement.
Capture d'écran de l'application StopCovid mise en place par le gouvernement. (THOMAS SAMSON / AFP)

L'application StopCovid, l'un des outils créé pour accompagner la deuxième phase du déconfinement en France, en débat mercredi 27 mai à l'Assemblée nationale après avoir reçu la validation de la Cnil. Son utilisation divise, mais elle se veut simple et sans risque pour notre vie privée d'après ses créateurs. "L'application ne demande aucune information personnelle aux utilisateurs", affirme d'ailleurs sur franceinfo, Olivier Berni, le fondateur de Lunabee Studio, la société en charge de la conception de l'interface de l’application.

>> Retrouvez les dernières informations sur la pandémie dans notre direct

franceinfo : Est-ce que l'interface de cette application a été pensée pour être accessible à tous ?

Olivier Berni : Tout à fait. Les challenges qu'on a essayé de relever en concevant cette application, c'est premièrement que ce soit très simple d'utilisation et deuxièmement que ça puisse être utilisé par tout le monde, y compris par les personnes malvoyantes ou non-voyantes. On utilise toutes les fonctionnalités qui sont prévues dans les systèmes iOS et Android, les systèmes fournis par Apple et Google, qui proposent toute une série de fonctionnalités pour augmenter l'accessibilité des applications. Ça va de grossir tous les textes qui sont affichés dans l'application, à des lecteurs d'écran qui permettent d'utiliser l'application y compris pour les personnes non-voyantes. On a donc vraiment mis tout ce qu'il est possible de mettre dans cette application pour qu'elle soit accessible à tout le monde. L'autre challenge qu'on a relevé, c'est de faire en sorte d'être très pédagogique, d'expliquer aux utilisateurs réellement comment ça fonctionne et ce qu'il se passe, quelles sont les données qui sont traitées par l'application, etc.

Comment garantissez-vous la protection des données personnelles de ceux qui vont la télécharger ?

L'application ne demande aucune information personnelle aux utilisateurs. La seule chose que l'application demande, c'est d'avoir accès au Bluetooth du téléphone pour pouvoir échanger les contacts et la possibilité d'émettre une notification sur votre téléphone pour vous prévenir en cas de danger. On ne demande donc absolument aucune information personnelle. Ensuite l'Inria (Institut français de recherche en informatique) a établi un protocole qui s'appelle "Robert". C'est le mode opératoire scientifique de l'application qui utilise des techniques dites de cryptographie, de chiffrement des informations, qui permettent de garantir l'anonymat des utilisateurs.

Est-ce que ça veut dire que, parce que c'est Français, on est davantage assuré de voir ses données personnelles protégées ?

Ce qui garantit la sécurité des données des utilisateurs, c'est surtout la technologie qui est mise en œuvre dans l'application et le fait également qu'aucune donnée personnelle soit utilisée. La seule chose qu'on utilise, ce sont des pseudonymes. L'application au départ va vous affecter un pseudonyme qui va être par exemple : 3WY2B. C'est ça qui va vous identifier au regard de StopCovid. Ensuite, on enregistre effectivement le pseudonyme équivalent de l'autre utilisateur que l'on rencontre.