L'aide exceptionnelle de solidarité ne suffit pas pour la fondation Abbé Pierre, qui réclame un "fonds national d'aide au paiement des loyers et des charges"

Christophe Robert, directeur général de la fondation Abbé Pierre réagit sur franceinfo à l'annonce d'une aide exceptionnelle de solidarité pour les plus démunis pendant le confinement.

Christophe Robert est délégué général de la Fondation Abbé Pierre.
Christophe Robert est délégué général de la Fondation Abbé Pierre. (RADIO FRANCE)

L'aide exceptionnelle de solidarité ne suffit pas pour la fondation Abbé Pierre, qui réclame un "fonds national d'aide au paiement des loyers et des charges" a expliqué mercredi 15 avril sur franceinfo Christophe Robert, directeur général de la fondation. Pour lui l'aide exceptionnelle annoncée par Emmanuel Macron est un "geste bienvenu" mais qui pose "plusieurs problèmes".

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

"Il y a des grands absents dans cette aide", pointe le directeur général de la fondation. "Je pense par exemple aux jeunes de moins de 25 ans sans ressources, qui ne peuvent même pas bénéficier du RSA (…) Je pense aussi à ces personnes âgées bénéficiaires du minimum vieillesse, qui ne sont pas concernées, à ces bénéficiaires de l'aide d'adultes handicapés qui, pour beaucoup, sont seules et parfois précaires. Donc, il y a ce problème du périmètre (…) Et il y a la question du montant. Ce n'est pas rien de donner 150 euros, mais pour une personne seule sur les deux mois de confinement, ça représente 2 euros 50 par jour, c'est très peu. Nous, les associations, on était en faveur d'une aide d'urgence de l'ordre de 250 euros par personne et par mois. Et il y a une question aussi de durée liée au confinement. Quand j'entends Bruno Le Maire qui dit 'il faudra qu'on aide le secteur économique aussi longtemps que la crise durera', je pense qu'il faut que nous fassions également la même chose en ce qui concerne la situation sociale des plus fragiles."

Eviter les expulsions locatives

Christophe Robert s'inquiète en particulier de "l'augmentation des dépenses, des charges, comme l'eau, l'électricité qui augmentent du fait que l'on reste plus longtemps dans le logement". Ce phénomène et la baisse de ces ressources rendent les membres de la fondation Abbé Pierre "très inquiets concernant des personnes qui ne vont pas arriver à payer leur loyer, qui ne vont pas arriver à payer leurs charges". La fondation demande donc "qu'il y ait un fonds national d'aide au paiement des loyers et des charges pour éviter absolument les expulsions locatives le mois prochain ou les 2 ou 3 mois qui viennent. Il y a là aussi une urgence sociale majeure."