"Je sors de l'eau avec palmes, masque et tuba" : le Noël martiniquais des vacanciers métropolitains

Pour fuir l’épidémie et l'hiver, des métropolitains chanceux sont partis en vacances dans les Antilles.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une plage de Martinique en février 2019. (LP/AURELIE AUDUREAU / MAXPPP)

Noël en Martinique, c'est l'occasion de laisser derrière soi la grisaille de la métropole, les problèmes, et parfois même les enfants. C'est le choix qu'on fait Thibault et Aurélie. "On a dû laisser nos enfants en métropole passer Noël chez papi et mamie. On a préféré faire des vacances tous les deux en amoureux", explique le père de famille. "Je ne savais pas trop si je pouvais laisser mes enfants pour Noël. Mais bon, finalement, j'ai bien voulu venir et je ne regrette pas", assume Aurélie, surtout après avoir jeté un coup d'oeil à la météo chez eux, en Auvergne.

À quelques mètres de là, un autre couple et leurs enfants cette fois profitent de la mer. Il est 17h30, heure locale, 22h30 en métropole et à Chalon-sur-Saône, où habitent Céline et Julien "c'est l'heure où d'habitude, on va finir le repas de Noël avec les amis ou avec la famille, explique le père de famille. Alors que là, je sors de l'eau avec palmes, masque et tuba. C'est chouette d'être ici !" Céline acquiesce. "On oublie tout", se réjouit-t-elle. Quant à leur fille Alexia, elle non plus ne regrette pas de fêter Noël au soleil : "Je préfère ici en Martinique. On a la mer un 24 décembre !".

Céline et Julien, à la page de la Pointe du Bout (Martinique), le 24 décembre 2020.  (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

Quand le soleil se couche sur la plage, on pourrait croire que Milade et Théo sont en train de narguer le reste de la famille qui est au bout du fil. "On s'appelle pour se souhaiter un joyeux Noël. Nous au soleil, eux dans la grisaille parisienne", commente Milade, qui ne culpabilise pas pour autant. "Ça fait très longtemps que je rêve de passer mon anniversaire et Noël au soleil, parce que je suis née le 20 décembre", explique-t-elle.

La Martinique où la situation sanitaire reste pour le moment sous contrôle, avec un taux d'incidence inférieur au seuil d'alerte, mais où le nombre de cas positifs au Covid-19 a augmenté la semaine dernière, selon les chiffres de l'ARS, qui appelle au respect des gestes barrières. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.