''Je préfère que ce soit emballé'' : avec la crise sanitaire, le retour des emballages

Rassurants pour le consommateur à l'heure du coronavirus, les emballages sont plébiscités depuis le début de la crise sanitaire, selon une enquête menée auprès de plus de 1 000 personnes avant et après le début de la pandémie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un charriot rempli de packs d'eau et de rouleaux de papier toilette. (INA FASSBENDER / AFP)

L'écologie va devoir attendre un peu : avec la crise sanitaire, les emballages sont de retour, sur tous les aliments. C'est ce qui ressort d'une enquête menée auprès de plus de 1 000 personnes, avant et après le début de la pandémie de coronavirus Covid-19. Avant la pandémie, un tiers des Français interrogés pensaient que l'emballage servait juste à faire du marketing ou était carrément inutile.

La perception a changé depuis six mois

Depuis six mois, la perception a changé et les consommateurs tendent à préférer le bioo sous plastique. ''Ici, par exemple, j'ai pu acheter des pommes bio emballées, pareil pour les avocats, explique une cliente, à la sortie d'un supermarché à Paris dans le 14e arrondissement de Paris. Et je préfère cela !''

Le vrac perd d'ailleurs du terrain, selon une étude Opinionway commandée par Alkémics, la plate-forme aide les professionnels à commercialiser de nouveaux produits. ''Quand on posait la question aux consommateurs, 52% disaient, avant le Covid, préférer acheter des céréales en vrac, indique ainsi sa directrice marketing, Florence Di Nicola. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 34% ! On a perdu 18 points entre avant et après covid !'' Les consommateurs sont tiraillés entre sécurité sanitaire et protection de l'environnement. La preuve : sept personnes sur dix continuent à réclamer moins de suremballages, surtout pour les plats préparés, les biscuits et les produits d'hygiène.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.