"Je paie mes impôts en France depuis toujours" : Florent Pagny répond à la polémique après sa chanson sur les soignants

"C'est de l'ignorance : les gens ne savent pas", se désespère le chanteur.

Florent Pagny, le 18 mai 2019 lors d\'un festival à Thiers (Puy-de-Dôme).
Florent Pagny, le 18 mai 2019 lors d'un festival à Thiers (Puy-de-Dôme). (THIERRY LINDAUER / MAXPPP)

Le chanteur Florent Pagny, qui a sorti la semaine dernière, avec Marc Lavoine et Pascal Obispo, le titre Pour les gens du secours, au bénéfice exclusif des hôpitaux de France, s'est vu reprocher, notamment sur les réseaux sociaux, de faire semblant d'être généreux alors qu'il ne paierait pas ses impôts en France puisqu'il vit au Portugal. "Je paie mes impôts en France depuis toujours", répond le chanteur le 8 avril sur franceinfo.

>> Suivez les dernières actualités sur l'évolution du coronavirus dans notre direct

"Mon problème, dans une réaction comme celle-ci, à 99% c'est positif et les gens comprennent ce qu'on est en train d'essayer de faire, mais c'est vrai qu'il y a 1% de ce que j'appelle les aigris de la vie qui, d'un seul coup, n'arrivent même pas à dépasser le moment qu'on est en train de vivre et qui ne voient que du négatif parce que je ne paierais pas mes impôts en France", explique le chanteur.

"C'est vrai que ça me fait un espèce de nœud parce que c'est totalement injuste. A chaque fois je suis obligé de faire cette explication, ce cours de fiscalité", explique le chanteur lassé : "Il y a une règle française qui concerne tous les artistes et les sportifs français et étrangers".

Toute performance et prestation sur le territoire français est assujettie à l'impôt français au taux français payable en France. Et moi, j'ai pas de chance, je suis ce qu'on appelle un artiste franco-français, je ne m'exporte pas beaucoup, je ne vais pas plus loin que la Belgique et la Suisse. Donc, à un certain moment, 80% de ce que je peux gagner, c'est en France. Et donc je paie mes impôts en France depuis toujours.Florent Pagnyà franceinfo

"Et même quand, à un certain moment, on me dit 'Pourquoi vous partez au Portugal, puisque c'est 80%' ? Je réponds : un jour, l'État français est rentré chez moi, a fracturé ma porte, a saisi mes meubles et les a vendus. Ensuite, il m'a assigné devant les tribunaux. Il a perdu ses deux procès, ça veut dire que j'étais innocent !", se défend-il. "Juste à ce moment-là, j'ai fait : 'Bon, je ne vais pas lutter contre quelque chose d'injuste, ce que je vais faire, c'est que je vais quitter la résidence'."

"C'est de l'ignorance : les gens ne savent pas, se désespère l'artiste. Chez moi, quand j'étais petit on disait, 'quand on sait pas, on ne parle pas'."

La chanson Pour les gens du secours :