"Je ne rêve que d'une chose, c'est de voir mes enfants" : dans les Ehpad, les conditions de visites s'assouplissent

A partir de vendredi 5 juin, veille du week-end de la fête des mères, les conditions de visites dans les Ehpad sont désormais assouplies. Un soulagement pour les familles et les résidents, qui doivent toujours respecter les gestes barrières à cause du coronavirus.

Un agent technique monte des tentes en vue des visites familiales dans le cloître de l\'Ehpad de l\'Ordre de Malte, le 4 juin 2020 à Clamart (Hauts-de-Seine).
Un agent technique monte des tentes en vue des visites familiales dans le cloître de l'Ehpad de l'Ordre de Malte, le 4 juin 2020 à Clamart (Hauts-de-Seine). (SOLENNE LE HEN / RADIO FRANCE)

À l'Ehpad de l'Ordre de Malte, à Clamart (Hauts-de-Seine), Nadine Léger, 95 ans, attend avec impatience ces visites nouvelle version, sans une vitre en Plexiglas entre elle et ses enfants. "Je ne rêve que d'une chose, c'est de voir mes enfants. J'ai envie de les voir proches et non pas derrière des cloisonnements. Moyennant quoi, quelques fois, il faut un peu tendre l'oreille !" Comme Nadine, ils étaient nombreux à attendre cela depuis plusieurs mois : à partir du vendredi 5 juin, les résidents des Ehpad et leurs familles peuvent désormais se retrouver, sans filtre, mais toujours sans contact, pour respecter les gestes barrières. Les résidents peuvent recevoir plus de deux proches à la fois, sans être séparés par une vitre. Les visites en chambres sont possibles, uniquement pour les résidents alités.

>> Coronavirus : les dernières informations dans notre direct.

"On va supprimer le Plexiglas, ainsi que le masque pour le résident, explique le directeur de l’établissement, Louis Matias. C'est important pour les familles de voir pleinement leurs proches et leurs expressions. On va aussi multiplier les lieux." Sept lieux de rencontres dans l’Ehpad désormais, au lieu de deux jusqu’à présent. Les agents techniques montent quatre grandes tentes aérées, elles vont pouvoir accueillir les familles, et dans un cadre plus qu’agréable. Au cœur de l'Ehpad, un espace fleuri, des roses, de la lavande. "C'est la cour de notre cloître. On sera au milieu des parfums, précise Louis Matias. Chaque tente est assez grande avec au centre, une grande table, qui permettra aux résidents de se mettre d'un côté, et de l'autre il y aura des sièges pour les familles."

Les familles veulent s'embrasser, mais "le virus est toujours là"

C’est aussi le retour des enfants à l’Ehpad, entre 7 et 18 ans, mais attention : pas de contact physique, pas d’embrassade entre les familles, prévient Xavier Lenoir de la Clochetière, médecin coordonnateur de l’Ehpad. "Il y a des familles qui n'ont pas vu leurs parents depuis trois mois, on peut comprendre qu'ils veuillent leur faire un bisou et les prendre dans leurs bras, explique le docteur. Mais le virus est encore là, c'est un risque qu'on ne peut pas prendre."

Ce week-end, c’est un week-end spécial, celui de la fête des mères. "Ce matin, il y a beaucoup de demandes, c'est une vraie organisation", explique Patricia Bento, psychologue, qui organise le planning des visites et croule sous les demandes. Les visites se font sur rendez-vous.

Dans cet Ehpad de Clamart, sur 160 résidents, seuls six sont tombés malades du Covid-19, un en est décédé. Parmi les convalescents, un monsieur qui fête ce week-end ses 100 ans. "On lui a demandé ce qu'il voulait pour ses 100 ans, il nous a dit : du champagne !, explique le directeur de l’Ehpad, Louis Matias. Et c'est champagne, effectivement !" Ce sera comme un petit air de fête à l’Ehpad, ce week-end.

Comment l'Ehpad de l'Ordre de Malte se prépare au retour des familles ? Un reportage de Solenne Le Henn.
--'--
--'--