"Je l'ai baptisé 'Grain de riz'" : des propos racistes tenus en 2002 par Isabelle Balkany font polémique après leur rediffusion

Sur des images tournées en 2002 et diffusées jeudi sur LCP, Isabelle Balkany s'adresse à un employé de la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) en l'appelant "Grain de riz". Contactée, Isabelle Balkany se dit "outrée" par cette polémique.

Dans l\'émission \"90 Minutes\" de Canal+ en 2002, Isabelle Balkany s\'adresse à un employé de la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) en l\'appelant \"Grain de riz\".
Dans l'émission "90 Minutes" de Canal+ en 2002, Isabelle Balkany s'adresse à un employé de la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) en l'appelant "Grain de riz". (CANAL+)

"Il a un nom pas possible (...), d'abord on l'a appelé Maurice (...) et puis un jour je l'ai baptisé 'Grain de riz'", lâche Isabelle Balkany, évoquant un employé - vietnamien selon elle - du service courrier de la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) chargé, entre autres, de la masser.

Cet extrait lunaire, diffusé jeudi 6 février sur LCP dans l'émission "Ça vous regarde", en partie consacré au regain du racisme anti-asiatique avec l'épidémie de coronavirus 2019-nCoVa provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

Sur ces images tournées en 2002 par l'équipe de l'émission "90 Minutes" de Canal+, on voit Isabelle Balkany, tout sourire, installée dans la permanence de campagne de son époux, Patrick Balkany, qui brigue de nouveau la mairie de Levallois. Elle est en train d'être massée par un homme qui "évite [la] caméra", glisse la voix off, et qu'elle désigne comme un employé au "courrier" de la mairie en l'appelant "Grain de riz".

Isabelle Balkany détaille pour les journalistes : "'Grain de riz' c'est un petit boat people [nom donné aux ressortissants du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge ayant fui le régime communiste] qui est venu à Levallois il y a vingt ans, c'était Chirac qui nous avait demandé de prendre des boat people dans les villes, ajoute-t-elle. Et il est venu avec toute sa famille !"

"Son prénom n'est pas imprononçable"

La scène, découpée par un journaliste et partagée sur Twitter, a suscité l'indignation de nombreux internautes. "Son prénom n'est pas imprononçable, écrit notamment l’écrivaine d'origine chinoise Grace Ly sur le réseau social. Un 'Boat People' n’est pas acceptable. 'Grain de riz' est insupportable. 'Il est adorable' est à vomir dans votre bouche. Le factotum masseur facteur est un être humain comme vous."

"Nous constatons avec désarroi qu'Isabelle Balkany n'a pas attendu 2020 pour humilier publiquement une personne d'origine asiatique", s'indigne également l'association SOS Racisme, en référence aux nombreux témoignages de discrimination de personnes supposées asiatiques depuis l'arrivée du coronavirus en France. "SOS Racisme condamne fermement ces actes", ajoute l'association.

Contactée par franceinfo, l'intéressée se dit "outrée" de la polémique. "Je trouve tout ça totalement débile [que l'on sorte cet extrait], le racisme, on ne sait pas ce que c'est à Levallois-Perret", assure celle qui est, depuis l'incarcération de son mari, la maire par intérim de la commune. 

"Tout le monde l’appelle 'Grain de riz', c’est un boat people, il est arrivé en 1981-1982 à la demande de Chirac, cela fait plus de 30 ans", ajoute-t-elle. "Tout le monde l'a appelé 'Grain de riz' car il est petit et maigrichon, et il a un nom un peu compliqué. Ça ne lui a jamais posé problème et nous non plus. Pourquoi vient-on l'enquiquiner ?" conclut Isabelle Balkany.

"Elle et son mari ont toujours été à mes côtés"

Après la publication de cet article, l'édile a recontacté franceinfo et nous a mis en contact avec l'homme qu'elle appelle toujours "Grain de riz". "L'amitié entre nous dure depuis une trentaine d'années, elle et son mari ont toujours été à mes côtés", assure cet employé de la mairie, travaillant désormais dans les services administratifs de la ville.

"Ça ne me choque pas que l'on m'appelle comme ça, au début je ne comprenais pas, mais on se connaît bien, c'est de l’humour, de l'amitié entre nous", insiste-t-il aux côtés d'Isabelle Balkany. "Ça ne veut rien dire pour moi, ils ont bien polémiqué mais ce n'est rien du tout", poursuit-il.

Invité par franceinfo à dévoiler son identité, il indique son nom mais souhaite rester anonyme dans cet article. "Ça ne s'écrit pas, ça s'éternue !", lance Isabelle Balkany, à côté de lui, en l'entendant décliner son patronyme.

Cet homme d'une soixantaine d'années justifie aussi l'expression "Grain de riz" par le fait que le riz est un produit phare de sa région d'origine. "Moi, on m'appelle 'graine de semoule' !" commente alors Isabelle Balkany, en référence à ses origines tunisiennes. Quelques minutes plus tard, Isabelle Balkany partage sur Facebook deux photos d'elle et son "ami". Pas sûr que cela suffise à calmer l'indignation.