"J'espère que les 48 heures ne seront que 48 heures" : l'angoisse des Français coincés au Royaume-Uni à cause du Covid-19

Depuis dimanche et jusqu'à mercredi, tout voyageur en provenance du sol britannique ne peut entrer sur le territoire fiançais en raison de la présence, au Royaume-Uni, d'une variante plus contagieuse du Covid-19. 

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le terminal d'arrivée des Eurostars en provenance de Paris et Bruxelles, à la gare de Saint Pancras de Londres (Royaume-Uni), en août 2020. Photo d'illustration. (TOLGA AKMEN / AFP)

Dimanche 20 décembre, c'est "la douche froide" pour Hortense. "J'apprends que je suis bloquée et que je ne peux pas repartir". Son billet d'Eurostar est annulé, la France ayant décidé de suspendre les déplacements de personnes en provenance du Royaume-Uni jusqu'au 23 décembre en raison de la présence sur le sol britannique d'une nouvelle souche du Covid-19. Hortense devait repartir lundi matin en France après avoir passé le week-end chez sa soeur à Londres. Mauvaise surprise donc, pour cette mère de famille qui aimerait être chez elle pour Noël. "J'ai immédiatement essayé de prendre d'autres trains. J'ai heureusement réussi à prendre une réservation pour mercredi matin. Donc, j'espère que les 48 heures ne seront que 48 heures et qu'effectivement, je pourrai rentrer à Paris mercredi matin."

Se faire tester : une course contre la montre

Un test PCR pourrait aussi s'avérer obligatoire pour les retours. Le gouvernement incite les Français coincés au Royaume Uni à le réaliser dès maintenant. Encore faut-il pouvoir le faire. "Tous les centres sont même pris d'assaut. Un gros rush. Mais c'est quand même possible de se faire tester, raconte Hortense. En tout cas, moi, j'ai réussi à avoir un rendez vous."

La grande question, c'est en combien de temps on va avoir les résultats des tests. En fonction des organismes, on vous annonce 24 heures, 48 heures ou 72 heures.

Hortense, Française en vacances à Londres

à franceinfo

"J'ai opté pour un centre qui me disait pouvoir m'envoyer les résultats d'ici 24 heures et je croise les doigts parce que si je n'ai pas mon test PCR, je ne pourrai pas prendre mon train mercredi matin, si tant est qu'on puisse rétablir la ligne Eurostar, s'inquiète la mère de famille. Je voulais faire plaisir à ma soeur et passer un peu de temps avec elle avant les fêtes. Mais du coup, de l'autre côté de la Manche, il y à mes enfants qui ne sont pas contents, ils ne savent pas si leur maman pourrait être avec eux pour Noël." 

Des billets d'avion dont le prix flambe

Ne pas pouvoir être réunis à temps pour les fêtes mais aussi ne pas en avoir les moyens, c'est ce qui angoisse Samia originaire de Nancy. Elle devait rentrer en France lundi après trois semaines de vacances en Angleterre. Bloquée à Londres, le retour risque de lui coûter très cher. "Les tests ici c'est entre 200 et 300 euros, témoigne la jeune femme sur France Bleu Sud Lorraine. On s'est enregistrés à 1h30 du matin sur une liste pour faire un test PCR à l'aéroport de Heathrow. On a envie de prendre un retour mais ils ont flambé. Il y a des retours à 1 700 euros alors que nous, on a payé un retour à 70 euros qui a été annulé." 

Samia s'est rendue devant le consulat de France à Londres mais elle n'a pas pu y entrer. "Ils nous disent qu'ils nous tiendrons au courant s'il y a des nouvelles informations." Les départs de la France vers le Royaume-Uni sont eux autorisés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.