"J'aimerais qu'il y ait plus de monde, mais on fait avec" : dans le quartier de Montmartre à Paris, les touristes sont encore rares

Malgré l'ouverture des frontières, la reprise touristique est timide à Paris. Exemple à Montmartre, quartier pourtant très fréquenté par les étrangers habituellement.

Une terrasse quasiment vide à Montmartre, à Paris, le 1er juillet 2020.
Une terrasse quasiment vide à Montmartre, à Paris, le 1er juillet 2020. (CYRILLE ARDAUD / RADIO FRANCE)

Du Canada au Japon en passant par des pays du Maghreb, les frontières de l'Union européenne sont de nouveau ouvertes pour les ressortissants de 15 pays depuis mercredi. Les touristes de ces pays peuvent donc revenir en France à leur tour, après celui des étrangers venus d'autres Etats européens.  

Mais alors que le tourisme est l'un des secteurs les plus durement touchés par le coronavirus et ses conséquences, cette reprise est timide, même dans des lieux habituellement extrêmement fréquentés comme le quartier de Montmartre à Paris. 

Le virus encore présent dans les esprits

Pas de joueur d'accordéon, des caricaturistes qui n'ont personne à croquer... Moussad est venu de Suède avec sa compagne et ses trois enfants et ça le rend un peu triste : "Ce n'est pas très touristique en ce moment, j'aimerais qu'il y ait plus de monde, mais on fait avec."

Pas de queue devant les monuments, pas d'autres touristes sur les photos, Thomas et sa petite amie Anna, deux Belges de 18 ans, sont ravis du séjour. A aucun moment ils n'ont pensé reporter. "C'était un cadeau d'anniversaire de la part de mon père, et le coronavirus ne nous a pas dissuadés de venir à Paris", raconte Thomas. "On suit les regles de sécurité, on fait attention, ça devrait aller, j'espère qu'il n'y a pas de risque !"

Le Sacré-Coeur, avec très peu de personnes présentes devant le monument, le 1er juillet 2020.
Le Sacré-Coeur, avec très peu de personnes présentes devant le monument, le 1er juillet 2020. (CYRILLE ARDAUD / RADIO FRANCE)

L'inquiétude du virus, c'est ce qui a fait réfléchir Ursula et sa fille Julia, qui viennent de Bâle en Suisse. Le voyage est prévu depuis quelques semaines, mais elles se sont décidées un peu au dernier moment. "On a vu que la France est très bien préparée, les gens prennent les choses au sérieux, alors on se sent en sécurité."

On se sent très bien, pas de fièvre, rien du tout ! Nous avons passé trois journées exceptionnelles à Paris.Une touriste suisse à Parisà franceinfo

Les commerçants à la peine

Autour de Montmartre, beaucoup de magasins de souvenirs sont restés fermés. Catherine vient d'ouvrir une boutique d'objets fabriqués en France, place du Tertre. Et l'essentiel de ses clients en ce moment sont des Francais, notamment des Parisiens. "Ces gens-là ne viennent quasiment jamais place du Tertre, mais en ce moment ils profitent du déconfinement pour venir car la place est quasiment déserte", observe-t-elle. 

On a quelques étrangers, essentiellements des Italiens et des Espagnols, mais c'est très calme.Une commerçante à Montmartreà franceinfo

Une rue de Montmartre déserte, le 1er juillet 2020.
Une rue de Montmartre déserte, le 1er juillet 2020. (CYRILLE ARDAUD / RADIO FRANCE)

Des terrasses quasiment vides aussi pour les cafés et restaurants, un crève-coeur pour Romuald Delannoy, directeur d'un établissement, qui reste cependant optimiste et souligne que "depuis lundi dernier il y a quelques étrangers de la communauté européenne qui fréquentent le restaurant. Il y a une reprise, une petite reprise, mais elle est là."

Le timide retour des touristes à Montmartre : écoutez le reportage de Cyrille Ardaud
--'--
--'--