"J'ai peur que beaucoup de gens se retrouvent sur le carreau à la rentrée" : face au coronavirus, l'incertitude des intermittents du spectacle

La crise du coronavirus affecte fortement les professionnels du spectacle. La mise à l'arrêt de la vie culturelle inquiète les intermittents, techniciens et artistes qui s'interrogent à présent sur le maintien des festivals de l’été.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un artiste de rue au festival d'Avignon (Vaucluse) dont l'édition 2020 est compromise par l'épidémie de Covid-19. (STÉPHANE MILHOMME / RADIOFRANCE)

Avec la mise en oeuvre des mesures de confinement, tout s’est arrêté du jour au lendemain pour de nombreux intermittents du spectacle. "Je n'ai plus de contrat depuis le 5 mars, je n'ai pas travaillé depuis quatre semaines", témoigne Alexandra, régisseur lumières qui a vu annulée la tournée sur laquelle elle travaillait. En l’absence de revenus, elle vit actuellement grâce aux allocations chômage mais ça ne couvre pas tous ses besoins financiers.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie de Covid-19

"Ça ne remplace pas un salaire. Avec mon conjoint, qui est aussi dans le milieu du spectacle, nous avons demandé un report de notre crédit. Et là, nous allons vraiment limiter les frais au maximum", explique l'intermittente.

Les festivals d'été menacés

L’été est habituellement une période de forte activité pour les intermittents du spectacle mais, même en cas d'amélioration de la crise sanitaire, le travail ne sera pas forcément au rendez-vous. "Même si le confinement se lève, ça ne veut pas dire que tout pourra reprendre comme avant notamment les concerts et les festivals", constate Alexandra, peu optimiste, selon qui la reprise ne se dessine "pas avant septembre".

Des craintes partagées par le comédien et metteur en scène Fred Andreau. Il ne sait toujours pas si un de ses spectacles, qu’il devait monter en juin en Nouvelle Calédonie, pourra être joué et il est inquiet pour juillet. "On doit reprendre 'Les témoins', que l'on a interrompu au mois de mars, au festival OFF d'Avignon mais on ne sait pas si on va pouvoir, tout le monde est dans l'incertitude", explique le metteur en scène.

Des conséquences sur le plus long terme

L'incertitude autour des festivals s'accompagne de craintes pour les projets à plus long terme. Les théâtres, qui ont dû reporter des spectacles prévus ce printemps, achèteront moins de productions nouvelles pour la saison prochaine : une catastrophe pour de nombreux artistes. "Le système des intermittents du spectacle finit par s'arrêter et si on ne travaille pas suffisamment, il ne se renouvelle pas. Si on ne joue pas, on n'a pas de salaire et personne vient nous donner ce salaire. J'ai peur que beaucoup de gens se retrouvent sur le carreau à la rentrée, c'est ce qui risque d'arriver", s'alarme Fred Andreau.

22 millions d'euros d'aides

Selon le comédien et metteur en scène, les premières aides annoncées, 22 millions d’euros pour le secteur culturel et la neutralisation de la période de confinement pour le calcul des droits des intermittents, ne suffiront pas. L’Allemagne a, elle, annoncé un programme d’aides de 50 milliards d’euros pour soutenir ses entreprises, mais aussi ses artistes et la culture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.