Île-de-France : les transferts de malades du Covid-19 suffiront-ils à éviter un confinement ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Ile-de-France : les transferts de malades du Covid-19 suffiront-ils à éviter un confinement ?
FRANCEINFO
Article rédigé par
F. Griffond, D. Basier, T. Breton, O. Sauvayre - franceinfo
France Télévisions

Pour éviter l’asphyxie des hôpitaux en Île-de-France, les transferts sanitaires de patients atteints par le coronavirus devraient s’intensifier. Mais seront-ils suffisants ? 

Dimanche 14 mars, deux patients atteints par le Covid-19 ont quitté l’Île-de-France pour la Gironde, ce qui porte à six le nombre de patients transférés depuis la région francilienne vers d'autres départements. Cela servira-t-il à soulager les services de réanimation ? "Ce qui remonte des équipes aussi, c'est que l'acceptabilité, y compris par les familles de cet éloignement est moins fort, donc c'est plus difficile de trouver des patients à évacuer", a déclaré, dimanche matin, le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France, Nicolas Péju.

"90% des places de réanimation occupées"

S'il reste des places dans les services de réanimation dans les régions de toute la façade ouest de la France, 239 au total, ils ne pourront accueillir tout le monde. "Aujourd'hui, 90% des places sont occupées, on va être amené à commencer à déprogrammer", prévient le Dr. Laurent Petit, responsable de la réanimation au CHU de Bordeaux (Gironde). 1 100 lits de réanimation sont actuellement occupés en Île-de-France, avec un seuil critique de 1 500. L’évacuation d’une centaine de patients d’ici le 22 mars, en avion ou en TGV, pourrait ne pas suffire. Le Premier ministre n'a pas exclu, dimanche soir, un reconfinement de la région. "S'il est nécessaire, comme on l'a fait ailleurs, comme on l'a fait avant, nous y procéderons", a déclaré Jean Castex, sur le réseau social Twitch. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.